C’est une chute que rien ne semble pouvoir arrêter. Depuis douze trimestres consécutifs, les ventes d’iPads reculent. La tablette d’Apple séduit de moins en moins de nouveaux utilisateurs. La société vient de tenter de relancer les ventes en dévoilant, mardi, une tablette à prix réduit. Le fabricant tente de faire face à un marché global qui ne cesse de baisser.

Pour ce nouvel iPad, Apple a fait profil bas. Pas de conférence, juste un communiqué de presse. Et dans celui-ci, le prix est particulièrement mis en avant. Le sous-titre l’évoque déjà – «[…] l’iPad, désormais à partir de 389 francs» –, avant que, plus loin dans le communiqué, Phil Schiller, responsable marketing, souligne que «maintenant, son prix est encore plus abordable». La nouvelle tablette, disponible immédiatement, ne comprend comme innovation qu’un processeur utilisé dans les iPhone depuis… 2015. D’un format de 9,7 pouces, dotée d’une mémoire de base de 32 Go, elle remplace l’iPad Air 2, avec à la clé une baisse de prix de 50 francs.

Dix fois moins important que l’iPhone

Apple tente ainsi de stimuler un marché atone. Depuis 2013 déjà, les ventes d’iPads baissent. La société en avait écoulé 71 millions d’exemplaires cette année-là, contre 45,6 millions d’unités l’an passé. Autre comparaison: lors de son exercice fiscal 2014, la division iPad représentait environ un tiers du chiffre d’affaires de celle de l’iPhone, mais le double de celle des ordinateurs Mac. Mais pour son exercice 2016, l’iPhone a pesé dix fois plus que l’iPad et même les Macs rapportent davantage à Apple que ses tablettes.

A lire: Apple subirait le chantage de pirates à propos d’iCloud

Malgré cette baisse continue de ses ventes d’iPads, Apple demeure numéro un du marché. Selon la société de recherche Strategy Analytics, la marque à la pomme détient une part de 20,8%, devant Samsung (12,9%) et Amazon (6,7%). Le groupe dirigé par Tim Cook maintient sa position car la demande globale s’effondre, elle aussi: selon la société de recherche IDC, 52,9 millions de tablettes ont été vendues durant le quatrième trimestre 2016, une chute de 20,1% sur un an.

Tim Cook «très optimiste»

Pourquoi? «L’iPad 2 est encore très utilisé, tout comme les premiers iPad mini et Air. Apple les mettait à jour jusqu’à très récemment. Les consommateurs trouvent que ces appareils fonctionnent aussi bien qu’à leurs débuts», expliquait un analyste d’IDC au site spécialisé TechCrunch. C’est donc tout le contraire de ce qui se passe sur le marché des smartphones, des appareils qui deviennent plus rapidement obsolètes.

En février, IDC notait dans un rapport que «les tablettes classiques, livrées sans clavier, continuent à perdre de l’importance». Selon la société de recherche, les consommateurs recherchent plutôt des appareils hybrides qui peuvent être utilisés comme ordinateurs portables et tablettes. L’augmentation de la taille des écrans de smartphones a aussi fait de l’ombre aux tablettes. En janvier dernier, Tim Cook se disait encore «très optimiste» pour les ventes d’iPad. Les prochains résultats trimestriels, fin avril, permettront d’en savoir davantage.

Lire aussi: Mi-tablette, mi-portable, l’iPad Pro vise surtout les créatifs