Technologie

Apple parvient à vendre ses iPhone 30% plus cher

Les ventes de téléphones sont stables, mais les revenus ont progressé d’un tiers. Les investisseurs s’inquiètent d’une baisse des ventes à l’avenir

Afficher un prix de 1739 francs pour un iPhone? Ce qui pouvait choquer il y a quelques mois est devenu aujourd’hui presque normal. Ni les investisseurs ni les consommateurs ne s’en offusquent, comme l’ont montré les résultats trimestriels publiés dans la nuit de jeudi à vendredi par Apple. Sur une année, les ventes d’iPhone ont été quasi stables, passant de 46,67 à 46,89 millions d’unités. Dans le même temps, les revenus de cette division ont progressé de 29%. Un chiffre qui valide la stratégie d’Apple, qui lançait en septembre dernier son modèle de smartphone le plus coûteux, l’iPhone XS Max avec 512 Go de mémoire, à 1739 francs.

Avant d’atteindre ce prix, Apple avait cassé une première barrière en lançant, il y a une année, son premier modèle, le X, franchissant la barre des 1000 francs. Cet automne, la société dirigée par Tim Cook ne s’est pas contentée de lancer des téléphones plus coûteux: elle a aussi stoppé la vente du modèle SE, qui coûtait environ 400 francs. Le modèle le moins cher encore en vente est le 7, avec un premier prix à 529 francs. En l’espace d’une année, le prix moyen, au niveau mondial, d’un iPhone s’est envolé de 618 à 793 dollars. Cette tendance devrait être plus marquée encore lors du trimestre en cours, puisque les ventes d’iPhone XS et XS Max, qui ont débuté le 21 septembre, n’ont affecté qu’une semaine du trimestre précédent.

Prix en hausse partout

Apple poursuit la même stratégie sur tous ses marchés, comme le souligne Timothy O’Shea, analyste chez la banque Jefferies. Il souligne ainsi que le nouvel iPad Pro de 11 pouces, dévoilé mardi, coûte 23% de plus que le modèle précédent. Le nouveau MacBook Air, également présenté cette semaine, coûte 20% de plus que l’ancien. Quant au Mac Mini, son prix a explosé de 60%. Timothy O’Shea note que les prix de l’iPhone ont augmenté de 13% puis de 19% ces deux dernières années.

Lire aussi: Le marché des tablettes chute depuis quinze trimestres, mais Apple s’en sort

Mais la société peut plus difficilement lutter contre un phénomène global: la baisse du marché mondial des smartphones. Jeudi, la société de recherche IDC notait que ce marché avait reculé de 6% au troisième trimestre, un quatrième trimestre consécutif de recul. Apple, qui peut revendiquer, selon IDC, 13,2% des unités vendues, est touchée par ce phénomène, comme en attestent ses ventes stables sur un an.

Chiffres cachés

Cette tendance a refroidi les investisseurs – l’action d’Apple reculait de 6% à l’ouverture de Wall Street vendredi –, des actionnaires qui n’ont pas apprécié une autre nouvelle: dès la prochaine annonce de résultats, la société ne communiquera plus le nombre d’unités vendues, mais uniquement le chiffre d’affaires de la division iPhone. Ce chiffre est plus pertinent, a affirmé Tim Cook, sans convaincre la plupart des analystes. «Certains craignent que cela ne signifie que les ventes d’iPhone vont devenir négatives année après année, car il est plus facile de parler des choses fantastiques et de ne pas montrer le détail des choses qui ne sont pas si géniales que cela». a résumé Jim Suva, un analyste de Citi.

Au niveau global, le chiffre d’affaires trimestriel a bondi de 20% en un an, à 62,9 milliards de dollars, pour un bénéfice en progression de 32%, à 14,2 milliards.

Publicité