Résultats

Apple révise à la baisse ses prévisions à cause de la guerre commerciale

Le chiffre d'affaires d'Apple au premier trimestre devrait ainsi tomber à 84 milliards de dollars au lieu des 91 milliards prévus par les analystes. La firme invoque notamment le ralentissement de la croissance en Chine

Apple a annoncé mercredi qu'il révisait à la baisse ses prévisions de résultats pour le 1er trimestre 2019. Dans une lettre aux investisseurs, le patron d'Apple, Tim Cook, évoque le renforcement du dollar et la décélération «plus forte que prévue» de l'économie chinoise pour justifier cette rare révision à la baisse. «Nous pensons que l'environnement économique en Chine a été davantage affecté par la montée des tensions commerciales avec les Etats-Unis», affirme Tim Cook.

Lire aussi: Face à la Chine, «Donald Trump sait ce qu’il fait»

Le titre Apple, qui avait terminé mercredi à 157,92 dollars (139 euros) en très modeste hausse (+0,11%) mais en chute de 32% par rapport à son plus haut historique atteint en octobre, plongeait dans les transactions électroniques après la clôture. A 23 heures, il était en recul de 7,6%.

Le chiffre d'affaires d'Apple au premier trimestre (de septembre à décembre) devrait ainsi tomber à 84 milliards de dollars (74 milliards d'euros) au lieu de 91 milliards (80 milliards d'euros) prévus par les analystes. Ces résultats seront officiellement annoncés le 29 janvier.

Les consommateurs chinois impactés par les incertitudes commerciales

«Nous nous attendions à une faiblesse économique dans plusieurs marchés émergents. Cela a eu bien plus d'impact que ce que nous avions prévu», écrit encore Tim Cook. Et d'ajouter que l'essentiel de la révision à la baisse du chiffre d'affaires est imputable aux ventes d'iPhone, de Mac et d'iPad en Chine.

Le groupe explique que l'effet des incertitudes commerciales a commencé à toucher les consommateurs chinois. Washington et Pékin, sont en plein bras de fer sur les échanges commerciaux à coups de tarifs douaniers sur des centaines de millions de dollars de marchandises. Une trêve dans la surenchère des droits de douanes a été décrétée par l'administration Trump jusqu'au 2 mars pour mener des négociations actuellement en cours.

«Alors que le climat d'incertitude a pesé sur les marchés financiers, les effets ont semblé toucher également les consommateurs, la fréquentation dans nos magasins de détail et chez nos partenaires en Chine ayant décliné au fil du trimestre», a expliqué Tim Cook. «Les données ont montré que la contraction du marché des smartphones en Chine a été particulièrement sévère», ajoute le groupe qui assure que «malgré ces défis», les activités de la marque en Chine «ont un avenir prometteur».

D'autres facteurs de décélération avancés

Selon Tim Cook, d'autres facteurs vont également peser sur les revenus d'Apple, notamment le moment choisi pour le lancement de son iPhone l'année dernière et le renforcement du dollar. Un billet vert plus fort implique une baisse des revenus à l'étranger lors de la conversion en dollars américains.

Apple a aussi évoqué des «contraintes» d'approvisionnement sur certains produits, notamment ses dernières montres Apple Watch ou tablettes iPad Pro. Cette révision suggère en tout cas un chiffre décevant pour les ventes d'iPhone, la locomotive du chiffre d'affaires comme des bénéfices du géant de Cupertino (Californie).

Lire aussi: Apple: des résultats record portés par la cherté des iPhone

Malgré cette révision à la baisse, Tim Cook a mis en avant des points positifs dans certaines régions du monde, notant que le groupe s'attendait «à des revenus record dans plusieurs pays développés, notamment aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Pays-Bas et en Corée du Sud».

Publicité