La lutte contre l’addiction au smartphone se déplace sur le terrain de la finance. Ces dernières semaines, plusieurs anciens employés de géants de la technologie avaient fait leur mea culpa, admettant avoir créé des services pour rendre leurs utilisateurs dépendants. Désormais, ce sont des actionnaires qui mettent la pression sur ces entreprises. Dans la nuit de dimanche à lundi, deux actionnaires d’Apple exigeaient, comme le rapportait initialement un article paru dans le Wall Street Journal, que la société protège davantage les enfants contre l’addiction à l’iPhone.

Lire aussi: Comment notre smartphone nous vole notre temps

Ces deux actionnaires sont le fonds activiste Jana Partners LLC et une caisse de pension d’enseignants californiens. Tous deux détiennent des actions d’Apple pour un montant total de 2 milliards de dollars. Sa capitalisation boursière valant 898 milliards, leur part est ainsi d’environ 0,22% dans le capital de la firme. Dans une lettre ouverte à Apple, les deux actionnaires citent plusieurs études, dont une affirmant que plus un adolescent passe du temps avec un appareil électronique, plus cela augmente les facteurs de risque de suicide. Les élèves sont moins attentifs en classe et souffrent de davantage de problèmes psychologiques, argue une autre étude.

Plus de quatre heures par jour

Aux Etats-Unis, un petit Américain reçoit en moyenne son premier téléphone à l’âge de 10 ans et passe plus de quatre heures et demie par jour à l’utiliser. Apple détient 43% du marché des smartphones dans ce pays et environ 86 millions d'Américains de plus de 13 ans possèdent un iPhone.

Les deux actionnaires exigent d’Apple plusieurs mesures: la création d’un comité d’experts – dont ils avancent déjà deux noms – pour étudier l’influence des smartphones sur les enfants, davantage d’options sur l’iPhone pour restreindre son utilisation par des enfants et davantage d’explications pour les parents. Ils demandent aussi la publication régulière par la société de rapports sur ces problèmes d’addiction. Les deux investisseurs affirment que si Apple ne fait rien, sa réputation pourrait en pâtir et le cours de son action baisser. 

Pour l’heure, Apple n’a pas répondu à ces demandes. A l'heure actuelle, plusieurs fonctions existent dans les réglages de l’iPhone, qui permettent aux parents de limiter l’accès à certains contenus pour leurs enfants.

Avec Sting

Cette requête est aussi un moyen pour le fonds Jana Partners LLC de se faire connaître. Le fonds, qui cible le fabricant de smartphone le plus médiatique, veut inciter les entreprises à devenir plus responsables. Le Wall Street Journal affirme que Jana Partners LLC est en train de lever plusieurs milliards de dollars pour atteindre ses objectifs. La star du rock Sting, sa femme Trudie Styler et Patricia A. Daly, une nonne qui s’est récemment battue contre ExxonMobil, feront partie des personnes qui conseilleront le fonds d'investissement pour les entreprises qu'ils veut cibler.

Lire aussi: Les écrans, une prison pour nos enfants


Notre dossier: La technologie nous-a-t-elle asservis?