fiction TV

Apple va entrer dans la mêlée des séries TV

Après des années de rumeurs, l’arrivée du géant informatique sur le marché de la fiction TV se précise. Il mettrait un milliard de dollars en un an pour dix séries, somme dans la moyenne haute aux Etats-Unis

Dans le tintamarre américain et trumpien de la semaine, la nouvelle est passée presque inaperçue. Mais elle signale l’ouverture de la grande bataille de la fiction audiovisuelle. Mercredi, le Wall Street Journal a révélé que la firme à la pomme compte dépenser un milliard de dollars durant l’année à venir pour des séries TV. Après la location ou la vente de films via iTunes, la firme mettrait ainsi pleinement pied dans le marché de la vidéo en ligne, face à Netflix, HBO, Amazon ou Hulu – ce dernier pour l’instant limité aux Etats-Unis, responsable du dernier phénomène du moment, The Handmaid’s Tale.

Lire aussi: Disney lance son propre service de streaming

Deux recrues de prestige

Apple n’a pas commenté, mais un communiqué récent dissipe tout doute. La société a annoncé avoir engagé deux transfuges de Sony Pictures Television. Comme cadres, ils ont chapeauté The Shield, Damages, Breaking Bad ou encore Bloodline. De toute évidence, ils ne sont pas engagés pour mettre de la musique dans les tuyaux.

A lire également: Facebook étend son empire en s'attaquant à YouTube

Comme toujours, Apple se montre plutôt pingre. Un milliard de dollars peut paraître former un dodu porte-monnaie, mais la somme doit être comparée aux six milliards que Netflix compte dépenser en une année, ou l’investissement de 4,5 milliards articulé à propos d’Amazon. Néanmoins, s'il s’agit de produire dix séries, ce qu’affirme le journal économique, le plan d’Apple se situe dans la haute fourchette américaine, dix millions par épisode, comme les premières saisons de Game of Thrones. HBO a cependant relevé la barre avec les saisons 7 et 8, qui coûteront toujours 100 millions, mais pour un nombre d’épisodes moindre.

Apple pourrait acheter un studio

L’arrivée d’Apple peut tout de même prendre une ampleur considérable, et chambouler à nouveau le secteur. Avec la perspective de ventes d’iPhone solides mais sans plus, d’un tassement sur les tablettes et les ordinateurs, la compagnie californienne va vouloir miser davantage sur les revenus fixes par abonnements, comme Netflix. Et quand une entreprise a une trésorerie de 250 milliards de dollars disponible, elle ne peut laisser indemne chaque secteur qu’elle investit.


 A ce sujet: La trésorerie d’Apple culmine à 250 milliards de dollars

Publicité