Court-circuit

Pour Apple, il y a danger en Chine

Les attaques contre la marque à la pomme pourraient se multiplier

A première vue, l’annonce vendredi dernier de la victoire, devant un tribunal chinois, d’une marque inconnue contre Apple pourrait faire sourire. Shenzhen Baili est un fabricant de smartphones quasi anonyme, même en Chine, et sa victoire en accusant Apple d’avoir violé un de ses brevets pour l’iPhone 6 et 6s semble peu sérieuse. D’autant que la société dirigée par Tim Cook a immédiatement obtenu un effet suspensif sur l’interdiction des ventes de ses smartphones.

Mais l’affaire n’en restera certainement pas là. Apple pourrait faire face à de plus en plus de critiques et d’obstacles en Chine. Depuis plusieurs semaines, il ne peut vendre ni livres électroniques, ni films en ligne. La Chine est son deuxième marché le plus important pour ses iPhone, et rien ne dit que d’autres soucis ne vont pas poindre. Les observateurs notent des pressions de plus en plus importantes contre les groupes occidentaux en Chine, alors même que les champions locaux, tel le fabricant de smartphones Xiaomi, veulent percer hors de Chine.

Tim Cook a beau multiplier les voyages en Chine et les investissements sur place, il n’est pas certain que ses gestes suffisent à calmer les ambitions des champions nationaux, bien décidés, peut-être par tous les moyens, à tenir tête aux multinationales occidentales.

Publicité