Dans le débat actuel sur l’investissement socialement responsable (ISR), on entend souvent le reproche qu’il n’existe pas de référentiel officiel, de «label ESG» communément admis (pour environnement, social, gouvernance), et de ce fait qu’il serait impossible d’appliquer ces critères à la gestion d’actifs de façon sérieuse, à moins d’attendre que de tels standards se mettent en place.

Lire aussi: Mieux que la gestion ESG, la valeur partagée