Il aura fallu presque sept ans, mais la City est en train de retrouver sa place centrale dans la politique britannique. Vendredi 9 décembre, le chancelier de l’Echiquier, Jeremy Hunt, a annoncé depuis Edimbourg une série de mesures de déréglementation en faveur du secteur financier: assouplissement des règles encadrant les assurances, simplification des procédures pour les introductions en bourse, objectif secondaire de soutien de la «compétitivité» de la place financière londonienne donné aux régulateurs (en plus de leur rôle traditionnel de superviseur)… Au total, une trentaine de mesures sont prévues pour «utiliser les avantages du Brexit», auxquelles il faut ajouter la suppression du plafonnement des bonus des banquiers, annoncée en septembre.