Les obligations n’ont pas joué leur traditionnel rôle d’amortisseur lors de la baisse des actions en 2022. Un portefeuille obligataire diversifié a perdu 8,59% depuis le début de l’année sous l’effet de la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt. Les obligations durables n’ont pas pu se soustraire à la tourmente. L’indice de référence des obligations vertes BofA Green Bond Hedged a même perdu 10,5% depuis le début janvier.