Hôpitaux

Après La Colline à Genève, Hirslanden acquiert la clinique Swissana à Lucerne

Il y a une semaine, le groupe zurichois a repris La Colline pour un montant de 130 millions de francs. Il rachète Swissana à Lucerne et crée un nouveau modèle de soins à Guin

Après La Colline, Hirslanden acquiert une nouvelle clinique

Hôpitaux Le groupe zurichois a repris l’établissement genevois pour un montant de 130 millions de francs

Il rachète Swissana à Lucerne et crée un nouveau modèle de soins à Guin

La conférence de presse annuelle de Hirslanden, mercredi à Zurich, a été placée sous le signe de la croissance. En quelques jours, le groupe zurichois a repris deux cliniques, portant leur nombre total à 16. Il y a moins d’une semaine, le premier groupe privé suisse a racheté La Colline, laquelle emploie 240 collaborateurs (EPT), et compte 100 lits et 3300 patients, dont 2900 stationnaires.

Si Hirslanden n’a pas dévoilé le prix du rachat de La Colline, il est possible de le découvrir sur le site de Mediclinic International, le groupe auquel appartient Hirslanden. On y apprend que le montant de la transaction s’élève à 130 millions de francs. La ­société a ainsi payé 8,7 fois le bénéfice d’exploitation (EBITDA) pour prendre pied à Genève. Ole Wiesinger déclarait depuis ­longtemps que deux villes importantes manquaient à son portefeuille, Genève et Bâle. Dorénavant, il ne reste donc que la ville rhénane.

«La Colline s’intègre parfaitement dans notre stratégie, non seulement par sa situation géographique, mais aussi par la qualité de ses infrastructures, de ses équipes et de son positionnement ainsi que par les synergies possibles avec les deux cliniques vaudoises Cecil et Bois-Cerf», a précisé le patron du groupe. Par ailleurs, cette présence aux quatre coins du pays assure une position de négociation solide par rapport aux assurances, a-t-il expliqué.

Mercredi, Ole Wiesinger, directeur général du premier groupe d’hôpitaux privés en Suisse, a annoncé le rachat de la clinique Swissana, à Meggen, près de ­Lucerne. Celle-ci accueille 1970 patients ambulatoires, 1070 stationnaires et emploie 70 collaborateurs. En plus des deux récentes acquisitions, Hirslanden a investi 120 millions de francs et créé 400 emplois, selon la direction.

Au cours de l’exercice 2013/2014, à fin mars, le chiffre d’affaires s’est élevé à 1,437 milliard de francs (+9,4% par rapport à l’exercice précédent) pour un effectif de 7800 collaborateurs, y compris La Colline. La croissance annuelle au cours des dix dernières années est particulièrement vive puisqu’elle a atteint 4,9% pour les patients stationnaires, 6,2% pour les emplois, 3,6% pour les médecins et 7,6% pour le chiffre d’affaires. Elle s’appuie non seulement sur la qualité des différentes cliniques, selon Ole Wiesinger, mais aussi sur ses capacités de standardisation et de centralisation de certains services, comme les achats de matériel, la logistique, les services informatiques et juridiques.

Si la stratégie du groupe l’amène à privilégier la clientèle privée, la part des patients avec assurance de base est en hausse, à 41,4%, contre 29,3% il y a 4 ans. Il y a trois ans, Hirslanden avait pris la décision stratégique de faire partie des listes d’hôpitaux des cantons et d’accepter l’obligation d’admission. Il s’engageait ainsi à reprendre dans l’ensemble du groupe les patients avec assurance de base. Cela n’aurait pas été possible sans figurer sur les listes des cantons.

La future croissance passe en partie par de nouveaux modèles de soins faisant appel à des coopérations, ainsi que celle qui a été mise en œuvre à Aarau avec Thierry Carrel et Lars Englberger, tous deux de l’Hôpital de l’Ile à Berne.

Un autre axe de progression passe par de nouveaux modèles de soins de petite taille et proches des gares ou en leur sein.

Après Lucerne, Berne, deux projets sont en cours de réalisation, l’un à Schaffhouse et l’autre à Guin, dans le canton de Fribourg. Ce dernier créera 17 emplois et nécessite un investissement de 6 millions. L’ouverture est prévue à l’automne 2015.

Ole Wiesinger a également exprimé ses craintes à l’égard de l’environnement réglementaire, notamment des nouveaux plans d’Alain Berset pour limiter les cabinets médicaux. «Je ne suis pas sûr que la majorité de la population désire une planification accrue de la santé», a fait valoir Ole Wiesinger.

Hirslanden appartient au groupe sud-africain Mediclinic International, le cinquième plus grand groupe hospitalier privé au monde, avec 77 hôpitaux, 25 600 employés et 9563 lits. Le premier actionnaire de Mediclinic est Remgro (présidé par Johann Rupert), avec 43,4% du capital.

Le chiffre d’affaires de la société suisse représente 37% de celui du groupe Mediclinic International.

En quelques jours, le groupe zurichois a repris deux cliniques, portant leur nombre total à 16

Publicité