«La France et l’Allemagne arrivent enfin à se parler à propos de dette et d’emprunt. Et dans les mêmes termes. Pourvu que ça dure.» Cette phrase en forme de boutade, prononcée par un haut responsable français, illustre l’une des évidences soulevées lors des Rencontres économiques annuelles d’Aix-en-Provence, qui se sont tenues les 3 et 4 juillet: si la pandémie a rapproché les points de vue économiques au sein de l’Union européenne, rien ne garantit que cette convergence perdurera lorsque l’horizon sanitaire s’éclaircira, et que l’heure de nouvelles décisions viendra sur des chantiers post-pandémie aussi décisifs que les investissements dans le domaine de la transformation industrielle (pour répondre aux objectifs climatiques), de la mutation numérique, ou de la bataille spatiale.