C’est une surprise. Salt a dévoilé jeudi matin certains de ses chiffres, alors qu’il n’a aucune obligation de le faire, à la différence de Swisscom et Sunrise, cotés en bourse. L’opérateur de téléphonie mobile basé à Renens, dans le canton de Vaud, avait publié ses derniers résultats le 27 mai 2015. Depuis, plus rien. Pour mémoire, Orange, devenu ensuite Salt, avait été racheté fin 2014 pour 2,8 milliards de francs par NJJ Capital, la holding privée de l’homme d’affaires français Xavier Niel. Les résultats partiels publiés jeudi indiquent que l’opérateur a perdu des clients l’année passée, mais que la tendance s’est a priori inversée en fin d’exercice.

La dernière fois que Salt avait publié ses résultats, il affichait 2,167 millions de clients. A la fin du premier trimestre 2015, l’opérateur pouvait se vanter d’une progression de 19 000 personnes sur un an. Mais, sur les trois premiers mois de 2015, la hausse n’avait été que de 1000 clients. Aujourd’hui, Salt revendique 2,024 millions de clients, soit une baisse de 142 000 clients en l’espace de douze mois.

La fin d’année a été meilleure

Cet indicateur négatif est à mettre en relation avec un autre chiffre, celui des abonnés, en excluant donc les clients qui consomment en prépayé. Aujourd’hui, Salt revendique 1,151 million d’abonnés, soit 4000 de moins par rapport à un an. A la fin du premier trimestre 2015, sur une année, la progression avait été de 4000 abonnés. Mais le premier trimestre 2015 avait été dur pour Salt, avec le départ de 9000 abonnés. Conclusion: malgré cette perte de 9000 abonnés début 2015, l’opérateur a réussi à boucler l’année avec une baisse de «seulement» 4000 unités. L’année s’est donc mieux terminée pour Salt, certainement grâce à une nouvelle gamme d’abonnements lancés à mi-2015, qui ont permis à l’opérateur de redevenir compétitifs.

Comparons maintenant Salt à ses deux concurrents. En 2015, Swisscom a gagné 124 000 abonnés (on ne parle pas de clients en prépayé), pour atteindre le total de 4,501 millions. De son côté, Sunrise a gagné 79 700 abonnés (total de 1,4 million). Au regard de leurs parts de marché respectives, Sunrise a donc fait mieux que Swisscom, et bien sûr nettement mieux que Salt. Mais la tendance pourrait changer en 2016.

Lire aussi: Swisscom ou la restructuration sans fin

«Gestion inadaptée»

Comme l’indiquait récemment au «Temps» Olivier Rosenfeld, administrateur d’Iliad Free et bras droit de Xavier Niel, NJJ Capital n’a pas été totalement satisfait de ce qu’il a trouvé en rachetant Orange. Jeudi, le communiqué de Salt évoque «l’héritage d’une gestion inadaptée», «la transformation mal gérée des systèmes informatiques» et des «procédures inadaptées d’évaluation de la solvabilité des clients appliquées par l’ancienne direction de l’entreprise». Mais le ménage a été fait, selon Salt, qui estime que «ce tournant a commencé à générer des résultats positifs tant pour l’entreprise elle-même que pour ses abonnés».

L’opérateur communique son chiffre d’affaires (1,285 milliard de francs, en recul de 2,4%), son résultat opérationnel (EBITDA), mais pas son résultat net. Selon l’ATS, au premier semestre 2015, Matterhorn Telecom Holdings, société mère de Salt, a essuyé une perte nette de 90 millions de francs.

833 employés

Concernant l’emploi, le plan de départs volontaires mis sur pied à la fin de l’été 2015 a eu une incidence sur les effectifs. De fin 2014 à fin 2015, le nombre d’employés a baissé de 893 à
833 postes (l’on parle d’équivalents plein-temps). Cette tendance se poursuit a priori depuis le début de cette année, l’opérateur continuant, tout en interclassant certaines activités, à couper les effectifs dans certaines fonctions administratives.

Lire aussi: «Salt a pratiqué la sous-traitance à outrance»