Des SPAC pourraient être cotés à la bourse suisse d’ici à la fin de l’année. L’opérateur du marché, SIX, a lancé la semaine passée une consultation sur un cadre réglementaire taillé sur mesure pour ces coquilles vides cotées en bourse qui a envoyé Wall Street en burn-out en début d’année. En mars, la Finma, l’Autorité de surveillance des marchés, avait demandé la création de règles supplémentaires pour ces instruments qui viennent de connaître un nouveau développement aux Etats-Unis.

Il y avait les simples SPAC: un Special Purpose Acquisition Company lève de l’argent et achète une entreprise. Puis vinrent les SPAC de SPAC: une coquille vide en acquiert une autre, qui n’était plus vide car elle avait elle-même acheté une entreprise, dont le SPAC acheteur veut prendre le contrôle. Cette innovation avait été due à une biotech bâloise, Roivant Sciences, en mai dernier, qui avait ainsi racheté une ancienne filiale.