Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jeudi, le bitcoin a fait prendre l’ascenseur émotionnel à tous ses aficionados. Les spéculateurs anticipaient le lancement d’un nouveau produit structuré sur la cryptomonnaie.

Blockchain

Après une folle semaine, le bitcoin va vivre un week-end décisif

Le cours de la cryptomonnaie a passé son jeudi à faire les montagnes russes en raison d’attaques spéculatives. Ce week-end, le lancement de contrats à terme aux Etats-Unis pourrait limiter sa volatilité. Ou faire éclater la bulle

Même le fil de nouvelles de Google peine à suivre. «Le bitcoin franchit la barre des 15 000 dollars», «Le bitcoin s’approche des 17 000 dollars», «à 19 000» puis retour à 15 300. La folle envolée de la cryptomonnaie jeudi n’aura même pas été freinée par le piratage de la plateforme de minage NiceHash, qui valide les transactions en bitcoins. Un hold-up virtuel qui a permis de dérober 4700 bitcoins, soit près de 64 ou 80, voire 89 millions de dollars, selon le moment de la journée.

A ce sujet: Le bitcoin s’emballe et s’approche des 17 000 dollars

En réalité, les événements de jeudi ont surtout mis en évidence la fragilité structurelle de la cryptomonnaie basée sur la technologie de la blockchain. La frénésie des internautes a paralysé plusieurs sites d’échange de bitcoin, alors que l’écart entre les cotations sur les différentes plateformes d’échange a atteint jusqu’à 4000 dollars. De quoi continuer à alimenter la spéculation.

«Au-delà de l’anormal»

Le site Bitfinex en a fait les frais. Jeudi matin, la plateforme d’échange a admis avoir fait l’objet d’une cyberattaque par déni de service depuis plusieurs jours. Une manœuvre consistant à paralyser un service numérique en l’inondant de requêtes. «Les gens y voient un marché régulé alors que c’est un jeu vidéo. Mais ce n’est clairement pas le cas. On n’en serait pas là», soupire Walter Zimmermann, analyste technique au cabinet de conseil ICAP TA, cité par le Financial Times. Il enfonce le clou: «On est au-delà de l’anormal, il n’y a pas de précédent. Toutes les autres denrées ont des vendeurs naturels.»

Au-delà des défauts d’infrastructure du bitcoin, la quantité de cryptomonnaie en circulation a également un effet sur le prix. Par convention (celle du fondateur de la cryptomonnaie), il ne pourra y avoir plus de 21 millions de bitcoins en «circulation». A chaque poussée d’intérêt des investisseurs (les traditionnels s’y intéressent de plus en plus près), le cours prend donc sont envol. Ou chute lorsque le marché panique. Fin 2016, le bitcoin valait 15 fois moins qu’aujourd’hui.

Lire aussi: Le bitcoin, désastre écologique en perspective?

Se couvrir ou ne pas se couvrir?

Une instabilité qui n’a rien d’anodin, estiment de nombreux analystes. Ce week-end seront lancés des contrats à terme sur le bitcoin, sur le marché américain des produits dérivés. Cette introduction devrait limiter la volatilité du cours en permettant aux investisseurs de se couvrir (hedging) contre ce risque.

D’autres pensent que ces futures vont, au contraire, renforcer l’inflation de la cryptomonnaie en favorisant la spéculation. Il ne sera plus nécessaire de posséder un bitcoin ni même une fraction de bitcoin pour rejoindre la «bitcoin-mania». «Une soudaine baisse de prix pourrait faire fuir tous ces nouveaux traders», a prévenu vendredi l’éditorialiste de Bloomberg Gadfly Stephan Gandel. «Cela créerait une spirale négative, similaire à celle du marché hypothécaire pendant la crise financière.»

Selon Bloomberg, qui calcule un cours moyen à travers les principales plateformes d’échange, le bitcoin évoluait autour de 15 500 dollars vendredi en milieu d’après-midi. Mais, avec les cryptomonnaies, il peut y avoir un monde entre l’écriture de ces lignes et leur lecture.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)