Les filiales des entreprises suisses aux Etats-Unis ont suspendu le financement de partis politiques jusqu’à nouvel ordre. Elles suivent ainsi l’exemple de nombreuses sociétés américaines qui ont décidé de rompre avec la classe politique dans le sillage de l’assaut lancé le 6 janvier contre le Capitole par les partisans du président Donald Trump qui contestent encore les résultats du scrutin présidentiel. Outre les dégâts matériels, cinq personnes y ont perdu la vie.

Le système politique américain interdit aux entreprises de financer directement les formations politiques. En revanche, depuis 1943, leurs collaborateurs peuvent le faire par le biais d’un Public Accounts Committee (PAC). Quelque 4000 comités de salariés d’entreprises sont actifs et leur apportent un soutien financier.