Finance

Après le vote sur le Brexit, Philipp Hildebrand redoute une «catastrophe»

L’ancien président de la Banque nationale suisse prédit l’arrivée d’une «deuxième vague, neuf ans après la crise financière»

Philipp Hildebrand, l’ancien président de la Banque nationale suisse (BNS), redoute que le vote britannique sur le Brexit entraîne une «catastrophe» pour le secteur des finances en Europe. Il voit arriver «une deuxième vague, neuf ans après la crise financière», selon une interview parue lundi dans la Süddeutsche Zeitung.

Durant ces années, l’Europe a raté l’occasion d’assainir le système bancaire, «une erreur monumentale». Chaque fois que quelque chose va de travers – en l’occurrence maintenant le vote britannique en faveur d’une sortie de l’Union européenne –, les marchés financiers se demandent si les banques européennes sont suffisamment stables, constate Philipp Hildebrand.

La négligence de l’Europe

L’Europe a fait preuve d’une grande négligence, estime-t-il. Dans ce contexte, il trouve justifié que l’Italie envisage de soutenir ses banques avec de l’argent public. Pour lui, lorsque la stabilité financière est menacée, il est normal qu’un Etat de la zone euro soutienne son secteur bancaire avec du capital frais.

Philipp Hildebrand se dit «fortement convaincu que l’Italie doit maintenant recapitaliser ses banques, afin d’éviter le pire». Le pays pourrait demander lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro de ce lundi le feu vert pour un plan de sauvetage. Pour y parvenir, Rome devra se fonder sur une clause d’exception des nouvelles règles européennes concernant les banques.


Nos dernières chroniques à propos du Brexit

Publicité