Virginie et Paul* n’en reviennent pas. Le cabinet de leur gynécologue a transmis des informations à une assurance sans même les en informer. Enceinte de six mois, Virginie était au bénéfice de l’assurance perte de gain en raison d’une incapacité de travail partielle.

Le médecin a eu beau se confondre en excuses, rejetant la faute sur une secrétaire trop pressée, le couple reste choqué par la procédure. Il faut dire qu’il a également mis la main sur le formulaire que l’assurance, Visana en l’occurrence, adresse aux praticiens. Surprise: une «indemnité attractive» est prévue pour les retours rapides, selon la formulation du «rapport médical express» également disponible en ligne.