Les assureurs ont souffert du coronavirus. Depuis le début de l’année, les actions des principaux groupes suisses ont baissé entre 15% (Zurich) et 35% (Helvetia) alors que l’indice SPI n’a reculé que de 1,6%. Non seulement leur performance boursière a été faible, mais leur réputation a été minée par la polémique sur le dédommagement des PME couvertes contre le risque d’épidémie et non de pandémie. Les perspectives vont-elles s’améliorer?

Sur le plan financier, le coût global de la pandémie ressemble à celui des ouragans les plus meurtriers, selon le rapport Sigma, publié par Swiss Re jeudi. Il est lié avant tout à l’assurance non-vie, en particulier à la couverture d’événements (tels que les Jeux olympiques) et à l’assurance voyage.