Pas un mot sur le coronavirus, si ce n’est pour rappeler l’expérience de plus d’un siècle des assureurs dans la gestion des catastrophes. Le climat a nourri, avec la réforme de la prévoyance professionnelle, l’essentiel de la conférence de presse annuelle de l’Association suisse d’assurances (ASA) jeudi à Zurich.

«La durabilité, nous l’avons dans le sang, nous, les assureurs», a déclaré Philipp Gmür, membre du comité directeur de l’ASA, insistant sur leur «approche à long terme». «La durabilité ne s’arrête pas à l’environnement ni au climat. Elle n’est pas non plus réglée avec la multiplication des taxes d’incitation, l’augmentation des prix de l’essence, le durcissement des prescriptions en matière de construction», a déclaré celui dirige par ailleurs le groupe Helvetia. Elle porte aussi, à son avis, sur la prévoyance pour les jeunes et les plus âgés.