Finance

Les assureurs n’ont presque jamais été aussi pessimistes

Le retour de l’inflation est la principale préoccupation des assurances en 2018, selon un sondage auprès de 300 directeurs de la branche organisé par Goldman Sachs. L’heure est à la réduction des risques

Les assureurs sont de plus en plus sceptiques à l’égard des marchés financiers, même si 77% (87% en 2017) pensent que le rendement des actions (indice S&P 500) sera positif cette année. Tel est le principal enseignement du septième sondage annuel de Goldman Sachs Asset Management auprès de 300 assureurs représentant plus de 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion. 50% des personnes interrogées pensent que les opportunités d’investissement se sont détériorées, contre 36% l’an dernier. A peine 18% estiment qu’elles se sont améliorées.

A l’exception de 2015, c’est le plus haut niveau de pessimisme depuis l’existence du sondage, précisent les auteurs. Il n’est donc pas étonnant que les gérants augmentent la part des liquidités et réduisent la duration de la partie obligataire.

Première réduction du risque en sept ans

D’ailleurs l’appétit au risque passe de +17% en moyenne à -1%. C’est la première fois, en sept ans, que les assureurs ont l’intention de diminuer leurs risques financiers. Les Américains sont les plus enclins à les réduire. La volonté de derisking la plus significative touche les actions, puis les obligations.

A lire aussi: La patience est-elle rentable?

Les trois plus grands risques sont, à leur avis, une récession aux Etats-Unis, l’augmentation de la volatilité sur les marchés et l’inflation. En 2018, la plus forte augmentation concerne l’inflation (48%, contre 25%). Ils sont 25% à placer le renchérissement comme une préoccupation à moyen terme pour leur marché domestique, contre 2% il y a deux ans. Les craintes portent surtout sur l’horizon à deux ou trois ans (74%). Aux Etats-Unis, elles sont plus immédiates et se concentrent sur l’année prochaine (32%) et sur les deux années suivantes (49%).

Risque de récession aux Etats-Unis

Le risque de récession concerne presque uniquement les Etats-Unis (32%) et nettement moins l'Europe (8%). Le risque politique, le principal lors du sondage de l’an dernier, n’est plus mentionné que par 4% des personnes interrogées (25% en 2017).

A lire aussi: Scénario pour un intérêt élevé

Les deux tiers s’attendent à voir le rendement des obligations à 10 ans du Trésor américain dépasser les 3% à la fin de 2018, contre 2,96% vendredi. Toutefois les assureurs asiatiques craignent plus que quiconque une hausse des taux d’intérêt.

Pas moins de 60% des personnes interrogées sont d’avis que nous sommes au milieu du cycle de crédit (55% en 2017) et 39% que les écarts de crédit vont s’élargir.

En 2018, les actions devraient être le meilleur actif financier, selon les assureurs. La moitié pense que les actions émergentes figureront au sein des trois meilleures catégories (33% en 2017), ce qui les place au rang des premiers favoris devant le private equity et les actions américaines.

Les assureurs recommandent enfin d’éviter les obligations d’Etat, le cash et les obligations à haut rendement.

Publicité