Epargné dans un premier temps par la crise financière, le secteur de l'assurance est désormais touché de plein fouet par la plongée des marchés. Depuis le début de l'année, l'indice mondial des principaux groupes d'assurances recule de 38%, soit presque autant que la baisse de 41% subie par le secteur financier européen.

Les assureurs sont, d'une part, pénalisés par le ralentissement conjoncturel qui menace d'éroder leur capacité bénéficiaire. D'autre part, les mauvaises surprises apparues dans les comptes de nombreux groupes d'assurance minent la confiance des investisseurs envers le secteur. Au point que même l'absence de nouvelles négatives mérite d'être soulignée.

Swiss Re pénalisé par Fitch

Lundi, le réassureur Swiss Re et le spécialiste de l'assurance-vie Swiss Life ont ainsi indiqué qu'ils ne devraient pas être pénalisés par la déroute de la société financière américaine Sigma. Une porte-parole de Swiss Re a déclaré à l'agence AWP que le numéro deux mondial de la réassurance n'avait aucune exposition dans ce véhicule d'investissement structuré en voie de liquidation. De son côté, Swiss Life précise que l'ensemble de ses positions dans Sigma ont déjà été amorties en 2007.

Malgré ces précisions, l'action de Swiss Re a dégringolé hier de 13% à 53,2 francs, la deuxième plus mauvaise performance de l'indice SMI. Le fort recul du titre est à mettre sur le compte du retrait par Fitch de sa notation sur l'assureur. L'agence estime en effet ne pas disposer d'informations suffisantes pour attribuer une note à Swiss Re. Le 25 septembre dernier, le réassureur avait indiqué avoir inscrit des correctifs de valeur à hauteur de 277 millions de francs sur des contrats d'assurance contre le risque de crédit («credit-default swaps» ou CDS) entre juin et mi-septembre.

Vendredi soir, Helvetia a pour sa part communiqué avoir amorti 77 millions de francs supplémentaires suite à la faillite de Sigma. Un montant qui s'ajoute aux 25 millions de francs déjà portés en compte par l'assureur saint-gallois début septembre. Même si ces deux correctifs de valeur successifs ne représentent que 0,5% de l'ensemble des placements en capitaux d'Helvetia, ils correspondent au tiers du bénéfice de l'assureur pour l'exercice 2008. Du coup, plusieurs analystes ont révisé à la baisse leurs objectifs de cours sur le titre Helvetia (-8,4% à 244,9 francs lundi).

ZFS résiste le mieux

Le géant de l'assurance ZFS a, lui, inscrit des correctifs sur valeur de 275 millions de dollars liés à Sigma. Ceux-ci s'ajoutent aux pertes de 25 millions subies par le groupe suite aux faillites de Washington Mutual et de 295 millions à cause de celle de Lehman. Les amortissements récents de ZFS totalisent 615 millions de dollars, soit environ 10% du résultat avant impôts estimé par Vontobel pour 2008. La banque ramène du coup son objectif à 310 francs (345 francs auparavant). Néanmoins, le groupe zurichois reste une des valeurs jugées comme les plus solides au sein du secteur de l'assurance en Suisse. Helvea maintient à 354 francs son objectif sur le titre ZFS, contre 282 francs lundi.