Innovation

Atracsys veut démocratiser les tables interactives

La société de Puidoux a déjà développé quelque 300 applications destinées à des meubles à écran tactile où plusieurs personnes peuvent interagir simultanément

Spin-off de l'EPFL, la société Atracsys, fondée en 2004, commercialise un nouveau produit destiné aux entreprises. A la place des traditionnels PowerPoint, elles pourront réaliser des présentations novatrices et sur mesure, sur des tables interactives avec écran tactile. «Le but est d'accroître leur visibilité et mieux intégrer leur contenu», explique Gaëtan Marti, directeur et cofondateur de la société, basée à Puidoux, dans le canton de Vaud.

Un système de mesure pour les chirurgiens

La PME a démarré ses activités en lançant un système de mesure permettant de guider par triangulation les chirurgiens dans le champ opératoire. Dès 2007, Atracsys a diversifié ses applications, en utilisant sa technologie dans le domaine du marketing. La société s'est notamment illustrée lors de foires horlogères où le visiteur pouvait interagir, par ses gestes, avec un écran. Le système a notamment été utilisé par Tissot pour présenter la montre T-Touch. 

Désormais, l'entreprise – totalement autofinancée – se concentre prioritairement au développement d'applications destinées à des tables à écran tactile où plusieurs personnes peuvent interagir simultanément. Contrairement aux tablettes, smatphones ou autres écrans tactiles, les tables fournies par Atracsys permettent de reconnaître un nombre illimité de points de contact.

300 projets en cours

«Nous ne développons plus de tables mais essentiellement des applications qui leur sont destinées. 3M ou Samsung nous fournissent désormais le matériel», précise Gaëtan Marti. Atracsys a déjà développé environ 300 projets pour le compte d'entreprises, de musées ainsi que pour des projets dans l'événementiel, à l'exemple de Basel World.

L'entreprise emploie 27 personnes à Puidoux et à Zoug. «Nous sommes en très forte croissance. C'est l'air du multitouch», dit Gaëtan Marti, qui ne révèle toutefois pas le chiffre d'affaires de l'entreprise. 

Publicité