Horlogerie

Audemars Piguet triplement récompensé au GPHG

Jeudi au Grand Prix d’horlogerie de Genève (GPHG), la marque du Brassus a reçu trois prix, dont l’Aiguille d’or. Sa nouvelle collection Code 11.59 a récolté celui de la complication pour homme. Les organisateurs du GPHG ont en outre annoncé la création d’une «académie»

Trois récompenses. Dont la plus prestigieuse: l’Aiguille d’or. Jeudi soir, lors de la remise du Grand Prix d’horlogerie de Genève (GPGH), Audemars Piguet s’est taillé la part du lion. Sa Royal Oak quantième perpétuelle ultra-plat a reçu la principale distinction alors que sa Royal Oak «Jumbo» extra-plat a reçu celle de la montre iconique.

La troisième récompense de la marque du Brassus (Prix de la complication pour homme) a en outre été remise pour l’une des pièces de sa nouvelle collection, la Code 11.59 (version répétition minutes supersonnerie). Accueillie très fraîchement par les réseaux sociaux lors sa sortie en janvier dernier, la Code 11.59 se voit donc récompensée dès sa première participation au GPHG.

Lire aussi: Audemars Piguet lance une alternative à la Royal Oak

Dix-huit prix au total

Bulgari, autre habituée du GPHG, a été doublement décorée. D’abord pour son Octo Finissimo chronographe GMT automatique (Prix de la montre chronographe), ensuite pour sa plus mystérieuse Serpenti Misteriosi Romani (Prix de la montre joaillerie). Luc Pettavino, fondateur et organisateur d’Only Watch (vente aux enchères de pièces uniques en faveur de la recherche sur la dystrophie musculaire), remporte le Prix spécial du jury.

Au total, 18 pièces ont été distinguées parmi les 84 montres en lice. La nouvelle version de la J12 de Chanel équipée du calibre 12.1 (acheté chez Tudor) a été couronnée du Prix de la montre féminine, le travail de l’artisan horloger Kari Voutilainen est célébré avec le Prix de la montre homme (Voutilainen 28 ti) et c’est une marque japonaise qui s’octroie le nouvellement créé de la montre de plongée (Seiko Ligne Prospex LX Divers). Le Prix de la complication pour dame revient à Max Büsser pour sa toute première excursion en terrain féminin (Legacy Machine FlyingT).

La Tudor Black Bay P01 empoche le Prix Challenge (montres à moins de 4000 francs prix public) – cocasse puisque cette pièce, sortie en 2019, a été imaginée à la fin des années 1960 pour la US Navy et rangée dans un tiroir durant les décennies qui ont suivi.

Création d’une «académie horlogère»

Le jury était présidé cette année par le commissaire-priseur vedette Aurel Bacs. Le propriétaire de Bovet Fleurier Pascal Raffy, qui a reçu l’Aiguille d’or l’année dernière, faisait également partie du jury.

A l’occasion de cette 19e édition, le GPHG présidé par Raymond Loretan a par ailleurs annoncé la création prochaine d’une «académie de la profession». Un projet que l’ancien ambassadeur ambitionnait de réaliser depuis son entrée en fonction l’an dernier.

Lire aussi: Raymond Loretan, nouveau diplomate de l’industrie horlogère

«Cette initiative d’ampleur, en ligne avec sa mission fédératrice et soutenue par la ville et le canton de Genève, constituera un vaste réseau d’ambassadeurs qui prendront part aux différentes étapes de la sélection des montres et contribuera à la promotion de l’art horloger dans le monde», écrit le GPHG dans son communiqué de presse. Cette académie sera lancée au printemps 2020.

Publicité