Des dizaines de sociétés américaines, telle Boeing, n’ont pas payé d’impôts à l’Etat fédéral ces trois dernières années, tandis que d’autres ont profité de réductions d’impôts malgré des bénéfices confortables, révèle une étude publiée jeudi.

Pour rédiger leur rapport, les experts de «Citizens for tax justice» et de «l’Institute on taxation and economic policy» ont épluché les comptes de 280 entreprises figurant dans la liste des 500 plus grosses sociétés américaines, établi par le magazine «Fortune».

De ces 280 firmes, 78 n’ont pas payé un seul dollar d’impôt pendant au moins une des trois dernières années, indique le texte obtenu par l’AFP. Parmi ces entreprises, se trouvent des géants comme le pétrolier ExxonMobil, l’avionneur Boeing, le géant de la chimie DuPont ou encore Honeywell International, qui fabrique des automatismes et des équipements aéronautiques. De ces 78 entreprises, 30 ont même reçu en net de l’argent du fisc.

«Ces 280 entreprises ont obtenu un total de près de 223 milliards de dollars en subventions fiscales. C’est de l’argent gaspillé qui aurait pu aller à Medicare (l’assurance-maladie réservée aux personnes âgées et aux handicapés, ndlr), à des créations d’emplois et à la réduction du déficit», s’insurge Robert McIntyre, principal auteur de l’étude et directeur de l’association «Citizens for tax justice».

En moyenne, ajoute le texte, les 280 entreprises passées à la loupe ont été soumises à un taux d’imposition de 18,5% au cours des trois dernières années, soit bien moins que les 35% réglementaires.

Selon l’étude, la banque Wells Fargo arrive en tête de la liste des sociétés ayant le plus profité de ristournes fiscales, avec 18 milliards de dollars de réductions d’impôts sur les trois dernières années.

De son côté, le conglomérat diversifié General Electric a bénéficié de subventions sur la période allant de 2008 à 2010, malgré des bénéfices cumulés de 10,4 milliards de dollars.

Boeing ne s’est pas non plus acquitté d’un seul dollar auprès du fisc ces trois dernières années, tout en réalisant des bénéfices de 9,7 milliards, selon le rapport.