Le géant chinois de l'Internet Baidu a annoncé lundi qu'il s'alliait au groupe automobile Geely, maison-mère de Volvo Cars, pour produire en Chine des voitures électriques sans chauffeur sur le plus grand marché mondial.

A l'image de leurs homologues américains, les principaux acteurs de la tech chinoise ont lancé ces dernières années des projets de véhicules autonomes, dans un contexte de forte rivalité technologique Pékin-Washington. Parmi eux: Baidu (propriétaire du moteur de recherche le plus populaire de Chine), DiDi Chuxing (véhicules de tourisme avec chauffeur, le «Uber chinois») ou encore le géant du commerce en ligne Alibaba via la start-up AutoX.

Lire aussi: Les Chinois se profilent dans la course aux robotaxis

Dans un communiqué publié lundi, Baidu a annoncé avoir scellé un partenariat stratégique avec son compatriote Geely. Les deux groupes vont créer une coentreprise pour produire des véhicules électriques autonomes.

Baidu, fondé en 2000, fournira les technologies pour la conduite sans chauffeur, tandis que Geely apportera son expertise dans la conception et la production des véhicules. Aucun calendrier n'a été précisé.

Pour en savoir plus: Baidu, le chinois qui rêve de rivaliser avec la Silicon Valley

La Chine en tête dans la course à la voiture du futur

Baidu dispose depuis 2017 d'Apollo, une plateforme de technologies spécifiques pour la conduite autonome. Et le géant de l'internet a lancé en test en fin d'année dernière des taxis sans chauffeur dans plusieurs villes de Chine, dont Pékin.

Geely, qui a racheté en 2010 la branche automobile de Volvo, est l'un des principaux fabricants chinois de véhicules.

Lire encore: Les véhicules électriques made in China prennent du galon

La Chine est en pointe dans la course à la voiture du futur, grâce à une population ultra-connectée et une politique incitative de Pékin. Les constructeurs rivalisent pour profiter de ce débouché, avec leurs véhicules classiques, mais aussi avec des technologies voire des habitacles spécifiques.