Banque

Baisse de l’action Baer à l’annonce d’un bénéfice en hausse de 14%

Le groupe Julius Baer, dorénavant dirigé par Bernhard Hodler, après le départ surprise de Boris Collardi chez Pictet fin novembre, augmente son bénéfice net de 14% en 2017. Mais l’action baisse de plus de 2%

Le groupe Julius Baer annonce un bénéfice en hausse de 14% à 705 millions de francs, sur base ajustée, indique Bernhard Hodler, directeur général du groupe, lors d’une conférence de presse, mercredi, à Zurich. Le successeur de Boris Collardi parle d’un «excellent résultat» et d’un groupe en «bonne forme». 

La direction propose une hausse de 17% du dividende aux actionnaires, la quatrième hausse de suite. Dans l’ensemble, les résultats sont sans surprise majeure, légèrement en-dessous des attentes en ce qui concerne le bénéfice net et les actifs gérés. En bourse, la première réaction est négative. Le titre perd plus de 2% dans la matinée.

Bernhard Hodler insiste d’emblée sur la particularité de pure play du groupe, soit sa concentration uniquement sur la gestion de fortune, excluant le risque de conflits d’intérêts avec la gestion d’actifs. Julius Baer vient précisément de reprendre 95% du capital de Reliance, un gérant de fortune indépendant au Brésil, qui gère 5 milliards de francs.

Actifs en hausse surtout en Asie

Sous l’impulsion de l’Asie et du Moyen-Orient, ainsi que d’une nette reprise en Amérique latine, l’argent frais s’accumule à un rythme supérieur aux objectifs (4 à 6%). Il augmente de 6,6% ou 22 milliards de francs. Les actifs sous gestion s’accroissent de 52 milliards, soit 16%, à 388 milliards de francs. La marge diminue d’à peine 1 point de base à 90 points de base.

Les coûts (+13%) augmentent légèrement moins que les revenus (+14%) dans un groupe dont les effectifs se sont accrus de 4% en 2017, à 6292 collaborateurs (EPT). Le rapport entre les coûts et les revenus, un indicateur clé de la gestion, s’améliore légèrement à 69 %, contre 72 en 2016 sur base comparable. Les conseillers à la clientèle augmentent de seulement 1% à 1396 en raison d’une réorganisation. Les actifs gérés par conseiller augmentent de 14% à 278 millions de francs.

Bernhard Hodler se révèle confiant quant aux perspectives. L’activité des clients est bonne en ce début d’année. Et la moitié des clients ont déjà adopté le nouveau modèle de commissions (100% même en Europe). A moyen terme, le rapport entre coûts et revenus devrait descendre à 64-68% et la marge bénéficiaire (avant impôts) passer de 27,3 points de base à plus de 30 points de base.

Publicité