En passe de commercialiser dès la fin de l'année aux Etats-Unis l'un de ses deux produits phares contre les insuffisances cardiaques, le Tracleer (appellation déposée du Bosentan), la biotech bâloise Actelion entend proposer le 9 avril prochain deux nouvelles mesures à ses actionnaires. Soit une augmentation de capital et une division par quatre de la valeur nominale des actions. Des mesures qui visent à améliorer la liquidité du titre Actelion et à conférer à la société une plus grande souplesse pour financer sa croissance, ainsi que l'a précisé devant la presse lundi à Zurich Jean-Paul Clozel, cofondateur d'Actelion et président de sa direction.

Une augmentation de capital conditionnel de 500 000 francs servira à financer un plan de stock-options pour les employés. De plus, le conseil d'administration proposera la création d'un capital conditionnel de 3 millions de francs lié à la vente d'un emprunt convertible, ainsi que la constitution d'un «capital autorisé de 5 millions de francs destiné à répondre aux besoins de l'entreprise».

Fondée en 1997 par d'anciens chercheurs de Roche, Actelion a vu le cours de son titre plus que doubler depuis sa mise en Bourse d'avril 2000. Pour l'exercice en cours, André Müller, responsable financier, table toutefois sur une nouvelle perte nette. Celle-ci avait plus que doublé à 38,6 millions en 2000 (lire Le Temps du 15 février). Le seuil de rentabilité devrait en effet être atteint en 2002 seulement.

Bond des résultats prévu

dès cette année

Sur le plan de la vente des produits, le seuil opérationnel n'est toutefois visé qu'en 2004. Quant au chiffre d'affaires, il pourrait bondir à 100 millions de francs en 2001 et doubler en 2002. Un chiffre d'affaires qui provient pour l'instant surtout des revenus générés dans le cadre des accords passés avec la biotech Genentech, mais aussi avec Johnson & Johnson.

Par rapport aux objectifs stratégiques communiqués jusqu'ici par le groupe à propos de ses deux produits phares, soit le Tracleer (Bosentan) et le Veletri (appellation déposée du Tezosentan), les objectifs communiqués lundi par Actelion traduisent un repositionnement du Tracleer dans le marché de l'insuffisance cardiaque chronique. Dans la mesure où c'est d'abord sur le segment des cas graves que la société bâloise entend porter ses efforts. Au vu en particulier de l'efficacité constatée du médicament, ce qui positionne le produit sur un segment de prix supérieur. Analyste financier auprès de la banque Vontobel à Zurich, Rolf Futer ne se montrait pas convaincu par ce changement lundi. Ni d'ailleurs par la nécessité du fractionnement de l'action.