Lors de la fusion, il y a deux ans, entre UBS et SBS, la Commission de la concurrence (ComCo) avait exigé qu'UBS vende 25 de ses filiales et la Banque de Soleure (SoBa). Ce sont les banques Coop et Migros, qui avaient acquis les antennes de la grande banque en février 99. Pour UBS, il restait donc à trouver un acheteur pour la SoBa, issue de l'ancienne Banque Cantonale de Soleure, reprise après sa déconfiture par l'ex-SBS en 1995. Voilà qui est chose faite puisque la Bâloise la reprend intégralement avant le dernier délai imparti par la ComCo en 2003. La transaction, qui doit encore être soumise à l'aval des autorités de surveillance, devrait être bouclée à l'automne. D'un commun accord entre les deux partenaires, le montant de l'opération restera confidentiel. UBS précise toutefois que le produit de la vente n'est pas beaucoup plus élevé que la valeur comptable de l'établissement. De son côté, la Bâloise complète, avec ce rachat, son offre de prévoyance et gestion de patrimoine en Suisse. La SoBa, qui compte 19 succursales, est en importance la seconde banque régionale de Suisse. Elle emploie 400 personnes et a réalisé l'an passé un bénéfice net de 28,7 millions de francs. L'établissement se concentre sur le financement de prêts hypothécaires, le conseil et la gestion de patrimoine ainsi que le financement des PME. Rebaptisée «Bâloise Bank SoBa», elle conservera sa direction actuelle. Pour l'assurance, qui ne fait pas plus de commentaire que son communiqué publié sur Internet (www.balser.ch), elle poursuit son orientation stratégique qui est «de fournir des solutions dans les domaines de l'assurance, de la prévoyance et de la gestion de patrimoine». D'ailleurs, le groupe a acquis, dans cette ligne, HBK Spaarbank, une banque belge, en avril. Avec cette acquisition, la Bâloise entend aussi profiter du programme bancaire Internet (www.soba.ch) pour offrir une gamme complète de e-banking.

My. P.