Dans un contexte de taux négatifs, l’immobilier demeure une classe d’actifs attractive. C’est dans cette perspective que le groupe Bâloise a annoncé vendredi dans un communiqué son intention de reprendre la majorité de Pax Anlage, une société immobilière, et de lancer une offre publique d’achat (OPA) sur les titres restants.

Il en coûtera jusqu’à 288 millions de francs pour le groupe dirigé depuis un an par Gert De Winter. Bâloise acquiert en effet la majorité à la coopérative Pax Holding et à Pax Assurances (57,6%) ainsi qu’à l’assureur allemand Nürnberger Lebensversicherung (13,3%).

A lire aussi: Bâloise a vu son bénéfice en recul sur six mois

Les autres 30% du capital de Pax Anlage sont traités en bourse et font l’objet d’une OPA. Le prix de 1600 francs par action correspond à une prime de 18,6% sur la moyenne pondérée des 60 derniers jours. Ce pourcentage traduit d’ailleurs la performance de Pax Anlage sur un an.

Une hausse du dividende depuis 2008

La transaction devrait être conclue au premier semestre 2017. Le cours de 1600 francs offert dans le cadre de l’OPA correspond au doublement du niveau de la fin 2009 et au quadruplement de la fin 2001.

Pax Anlage n’a guère ressenti la crise de 2009 puisque son dividende s’est accru chaque année à partir de 2008. Selon la présentation de la société de la fin août 2016, les finances de cette dernière sont solides. Le rapport de fonds propres au bilan s’élève à 62,4%. L’endettement net atteint 126 millions de francs au premier semestre.

L’action Bâloise n’a guère réagi vendredi. En bourse, le titre perdait 0,4% en fin de matinée, à 130,60 francs. A ce niveau, après une hausse de 8% en un an, le groupe est évalué à 6,5 milliards de francs. «La transaction doit être considérée comme positive même si la taille de l’acquisition est modérée», explique Georg Marti, analyste financier auprès de la Banque Cantonale de Zurich.

Réorientation stratégique

Pax Anlage est une société bâloise créée en 1959 et cotée en bourse à partir de 1996. Son portefeuille immobilier, concentré sur les agglomérations alémaniques, est évalué à 275 millions de francs, à fin juin 2016.

Le rapport financier indique que le rendement brut de son portefeuille immobilier atteint 6,2% au premier semestre 2016 (6,7% au premier semestre 2015) et le rendement net à 4% (6,6%). Le taux de vacance est de 18,2% (contre 3,3%).

Dans le cadre d’une réorientation stratégique d’ici 2020, la société envisageait d’augmenter la part de l’immobilier résidentiel à 50% (36% actuellement) et de réduire la part de l’immobilier commercial à 50% (64% actuellement). Il devait en résulter une réduction de la quote-part de fonds propres (vers 40%) et une hausse du rendement dividende (à plus de 3%).

A lire aussi: Bâloise Group a vu sa rentabilité fléchir l’an passé