Bank of China s’installe dans le centre-ville de Genève. Le géant bancaire chinois marque ainsi son retour, plus de huit ans après avoir mis fin à son activité de gestion de fortune au bout du lac. Cette fois, Bank of China sera active dans le financement d’entreprises, notamment dans le commerce de matières premières, avec une vingtaine de personnes au début. L’établissement, parmi les plus grands du monde, entend travailler avec des entreprises d’une certaine taille dans la région.

Lire aussi: La plus grande banque chinoise s’est installée à Zurich

Sur la vitrine, un logo rouge ne demande plus qu’à être libéré de son film protecteur. On devine néanmoins le symbole de Bank of China, une ancienne monnaie chinoise supposée attirer la chance et protéger du malheur. En phase d’aménagement, les locaux genevois de la grande banque demeurent inoccupés, même si l’interphone mentionne déjà son nom, a constaté Le Temps. Le retour du géant nous a été confirmé par plusieurs sources. Contactés, le quartier général de Pékin et l’entité londonienne de Bank of China n’ont pas répondu à nos questions.

Feu vert de la Finma

A Genève, Bank of China prévoit de se concentrer dans le financement aux entreprises, en particulier pour des multinationales ou des sociétés ayant un lien avec la Chine. Le financement du négoce de matières premières fera aussi partie de ses prestations.

La direction est largement composée de cadres d’origine chinoise, emmenée par une femme installée à Genève depuis peu, un canton qu’elle connaît bien pour avoir compté des négociants suisses parmi ses clients dans son poste précédent à Londres. L’équipe comportera aussi une ex-employée de la Chambre de commerce Suisse-Chine et des financiers recrutés parmi les banques de la place, dont au moins deux ex-employés de BNP Paribas qui s’est retirée du financement du négoce de matières premières en 2020.

Bank of China a récemment obtenu une licence bancaire, selon nos informations. La Finma n’a pas souhaité faire de commentaires et sa liste des détenteurs de licence ne mentionnait pas l’établissement mercredi. La future banque genevoise n’apparaît pas non plus dans le Registre du commerce, mais son inscription y serait imminente, selon nos informations.

Huit ans d’offensive de charme

Cette implantation s’effectue après plus de huit ans d’offensive de charme des autorités genevoises, décidées à faire revenir Bank of China dans le canton où elle avait lancé une banque privée en 2008. Une aventure chaotique terminée en 2012 avec la reprise de l’établissement par Julius Baer. Par la suite, une visite du président chinois à Genève en janvier 2017, l’arrivée quelques mois plus tard du géant chinois du négoce agricole Cofco à Malagnou, un quartier de la rive gauche du Léman, et un intense lobbying des autorités genevoises permettront de renouer le dialogue. En août 2017, le président de Bank of China adresse un courrier au conseiller d’Etat Pierre Maudet selon lequel un bureau sera ouvert à Genève. Mais les choses ne bougent guère sur le terrain. Le processus s’accélère enfin en novembre 2020, lors d’une réunion avec les autorités genevoises, notamment pour aider la banque à trouver un bureau.

«Il s’agit d’une excellente nouvelle pour l’emploi et la place financière genevoise, déclare Nathalie Fontanet, la conseillère d’Etat chargée de l’Economie notamment. Notre canton confirme son attractivité et continue à attirer des entreprises, même en période de crise.»

Lire aussi (2016): L’aventure de Bank of China en Suisse s’achève par une accusation de gestion déloyale

«Le déploiement de Bank of China à Genève, qui consacre l’aboutissement d’efforts de longue date, est bénéfique à notre place financière, comme au secteur du négoce, dont Genève est le bastion européen; il se traduit en outre par des créations d’emplois particulièrement bienvenues en ces temps de crise économique sans précédent», selon Vincent Subilia, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie de Genève (CCIG). Bank of China, qui emploie 300 000 personnes, prévoirait d’inaugurer son bureau genevois cet automne, quand la vaccination contre le Covid-19 sera généralisée.