La Banque Cantonale de Zurich veut accélérer sa diversification

Résultats 40% des revenus seront issus des commissions et services

Le faible niveau des taux d’intérêt a pesé sur les revenus de la Banque Cantonale de Zurich (BCZ) en 2014. Les produits des opérations d’intérêts, segment qui représente plus de la moitié de ses recettes, ont reculé de 4%, à 1,07 milliard de francs. Les produits des activités des commissions et services ont, eux, reculé à 531 millions (–3,5%). Au final, la quatrième banque de Suisse a vu son bénéfice net reculer de 19%, à 647 millions de francs en 2014. Sur ce montant, 280 millions seront reversés au canton de Zurich et aux communes (369 millions).

Swisscanto sous toit en juin

La BCZ a réaffirmé vendredi sa volonté de diversifier ses activités. Dans ce but, la banque a annoncé en décembre la reprise de Swisscanto pour 360 millions de francs. Le rachat du gérant d’actifs sera finalisé d’ici à juin, a-t-elle précisé en présentant ses résultats vendredi à Zurich. «Cette transaction va diversifier la structure des revenus de la banque. Les recettes des activités de commissions et de services devraient passer de 25 à 40% de l’ensemble des revenus», a souligné Jörg Müller-Ganz, le président du conseil de banque. Objectif: devenir le troisième fournisseur de fonds en Suisse et le quatrième plus grand gérant d’actifs du pays.

L’exercice 2014 contraste avec les années qui ont suivi la crise financière, où l’argent frais affluait massivement dans les coffres de la banque. L’an dernier, les sorties d’argent frais ont atteint 2,25 milliards. Grâce à une performance positive des marchés à hauteur de 9,3 milliards, la masse sous gestion a progressé à 199,1 milliards, contre 192 milliards un an plus tôt.

Dans l’immédiat, l’établissement a réduit l’attrait de ses comptes privés et d’épargne. Dès le 15 février, les taux d’intérêt pour les comptes privés seront abaissés à zéro (0,05% auparavant) et ramenés à 0,05% pour les comptes d’épargne (0,10%).

Comme la BCZ l’a déjà indiqué en janvier, les taux d’intérêt négatifs appliqués par la BNS depuis le 22 janvier seront répercutés chez les plus gros clients (–0,75%). Les liquidités déposées par la BCZ auprès de la BNS oscillent entre 25 et 30 milliards de francs. Dès 20 milliards, les taux négatifs sont appliqués à la BCZ.

Etats-Unis: «silence radio»

Dans le viseur de la justice américaine depuis décembre 2012 , la BCZ n’a fait état d’aucune avancée particulière sur ce dossier. «Depuis plusieurs mois, nous n’avons eu aucun contact avec les autorités américaines. C’est le silence radio», a dit Martin Scholl, son directeur, rappelant que la banque coopère avec Washington. Il n’a fourni aucune précision au sujet de provisions prévues en vue d’une éventuelle amende. Dans ce conflit, la BCZ fait partie de la première catégorie, aux côtés d’une douzaine d’autres banques suisses.