La Banque d’Angleterre (BoE) maintient, comme anticipé, son taux directeur à 0,50%. L’institut monétaire laisse, de plus, inchangé le montant total de son programme de rachats d’actifs dont la dernière tranche en date, lancée le mois dernier, est encore en cours.

Lors de sa réunion des 4 et 5 juillet, le Comité de politique monétaire (CPM) de la banque centrale britannique avait opté pour une augmentation du montant total du programme de rachats d’actifs de la BoE de 50 milliards de livres (76,4 milliards de francs) pour le porter à 375 milliards.

La banque centrale britannique a confirmé jeudi que cette extension prendra encore trois mois à être complétée et que le montant total du programme restait sous surveillance.

La BoE avait justifié sa décision de juillet par la contraction de l’activité économique britannique au cours des deux premiers trimestres de 2012 et par le fait que «le rythme de la croissance dans la plupart des principaux marchés d’exportation du Royaume-Uni semble également ralentir».

Le programme de rachats d’actifs – dit d’«assouplissement quantitatif» – avait été relancé en octobre, avec une tranche de 75 milliards de livres, suivie en février par 50 milliards. Cette dernière tranche était arrivée à échéance en mai.

Ce programme visant à injecter massivement des fonds dans le système avait été lancé en mars 2009 pour aider une économie britannique alors en pleine récession. La première tranche, graduellement relevée jusqu’à 200 milliards de livres, avait été épuisée en janvier 2010.

Assez de stimulus

«Malgré la récente série d’indicateurs économiques britanniques moroses (alors que le pays est retombé en récession), le CPM a vraisemblablement estimé qu’il y avait suffisamment de stimulus dans les tuyaux pour le moment et qu’il faut du temps pour qu’il agisse», commente Howard Archer, économiste chez IHS Global Insight.

Selon nombre d’économistes, le taux directeur de la Banque d’Angleterre pourrait rester figé à 0,50%, niveau historiquement bas auquel il est fixé depuis mars 2009, au moins jusqu’à mi-2014.

Les observateurs attendaient désormais la diffusion la semaine prochaine du rapport trimestriel de l’institution sur l’inflation et la croissance au Royaume-Uni, puis le 15 août les minutes de la réunion du CPM pour se faire une idée plus précise des perspectives économiques britanniques selon la BoE.