Restructuration

La banque EFG va supprimer entre 200 et 300 postes en Suisse

La banque privée EFG International compte supprimer entre 300 et 450 emplois entre 2017 et 2019, dans le cadre du rachat de l’établissement tessinois BSI. Le groupe zurichois précise que deux tiers de ces coupes concernent le personnel en Suisse

L’objectif de synergies avant impôts, qui devrait être pleinement réalisé d’ici à 2019, a été revu à la hausse, à 240 millions de francs, contre 185 millions, selon un communiqué publié jeudi. Après impôts (fondés sur un taux de 17,5%) les synergies sont attendues à 141 millions, contre 85 millions précédemment. Quant aux coûts uniques d’intégration, ils sont désormais devisés à 250 millions de francs, soit 50 millions de plus que ce qui était prévu initialement.

Départs à la retraite et plan social

Pour atteindre cet objectif de synergies, la banque fusionnée entend réduire son personnel de 100 à 150 postes par année entre 2017 et 2019. Si environ deux tiers des coupes concernent la Suisse, EFG assure que «Zurich, Lugano et Genève resteront des plateformes importantes pour la direction et les opérations de la banque».

Cet étalage dans le temps devrait permettre à EFG de recourir au maximum aux fluctuations naturelles et à la retraite pour atteindre son objectif de réduction de personnel. «Là où les doublons ne peuvent pas être évités, un plan social sera mis en place», selon le communiqué. Aucun détail en revanche n’est fourni sur la répartition des coupes.

Nouvelles synergies

De nouvelles synergies doivent être réalisées dans l’informatique et en abandonnant certaines activités. Ainsi, la filiale de BSI au Panama sera fermée au troisième trimestre 2017. La vente d’une partie du portefeuille de clients de BSI aux Bahamas a été décidée. Enfin, il est prévu de vendre l’activité de conseillers financiers indépendants d’EFG au Royaume-Uni.

L’intégration de BSI se traduira également par des départs de clients, estime la banque, qui s’attend à un recul d’environ 10 milliards de francs des avoirs sous gestion sur trois ans, pour un manque à gagner de 69 millions, contre 82 millions selon la dernière estimation. La masse sous gestion était de 148 milliards au 31 octobre.

Après l’intégration de BSI Singapour bouclée mi-novembre, EFG planche actuellement sur celle de BSI Hongkong, prévue pour le premier trimestre 2017. Celle des activités suisses de BSI doit être bouclée au deuxième trimestre, et l’intégration légale de toutes les entités de BSI devrait être terminée au troisième. Enfin, la migration des activités de BSI sur la plateforme informatique d’EFG devrait être achevée avant la fin de 2017.

Publicité