Japon

La Banque du Japon conserve sa politique monétaire

La troisième économie mondiale traverse une période de huit trimestres consécutifs de croissance. L’inflation (hors produits frais) se situe «autour de 1%»

La Banque du Japon (BoJ) a reconduit vendredi sans surprise sa politique monétaire ultra-accommodante, inchangée depuis plus d’un an, malgré de nombreux voyants au vert pour l’économie japonaise. De même, l’institution a indiqué que ses prévisions d’inflation étaient «plus ou moins inchangées» et que l’économie devrait «poursuivre son expansion modérée», reprenant les mêmes termes que lors de sa précédente déclaration fin janvier.

La troisième économie mondiale traverse une période de huit trimestres consécutifs de croissance, un mouvement inédit depuis l’éclatement de la bulle financière et immobilière à la fin des années 1980.

Lire aussi: Kuroda se rapproche d’un nouveau mandat à la Banque du Japon

Ce statu quo était largement attendu par les analystes, qui mettaient en avant les risques que font peser sur les exportations nippones, principal moteur de la croissance économique japonaise, un renforcement du yen et les mesures protectionnistes des Etats-Unis.

Un taux d’intérêt négatif reconduit

Cette décision intervient juste après l’annonce de la mise en place par le président américain Donald Trump de taxes à l’importation sur l’acier et l’aluminium.

Dans sa déclaration, publiée à l’issue d’une réunion de deux jours, la BoJ note que l’inflation (hors produits frais) se situe «autour de 1%», soit encore loin de l’objectif de 2% qu’elle s’est fixé de concert avec le gouvernement de Shinzo Abe.

La BoJ a donc maintenu, comme attendu, son massif programme de rachats obligataires, situé autour de quelque 80 000 milliards de yens par an (environ 608 milliards d’euros), en le modulant pour que le taux des obligations d’Etat à 10 ans se maintienne autour de 0%.

Lire aussi: Statu quo pour la politique monétaire de la Banque du Japon

Elle a aussi reconduit un taux d’intérêt négatif, de 0,1%, pour inciter les banques japonaises à allouer des prêts aux entreprises et aux consommateurs plutôt que de conserver leurs liquidités dans ses coffres.

Publicité