La Banque du Japon (BoJ) a prolongé, vendredi, de six mois ses mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises nippones instaurées depuis le printemps dernier. Ses achats additionnels de titres de dette d'entreprises de court et long termes, ainsi que ses dispositifs spéciaux de prêts à taux zéro aux entreprises, sont alors étendus jusqu'à septembre 2021, selon un communiqué. En mai dernier, l'institution avait déjà prolongé ces mesures exceptionnelles de six mois, jusqu'en mars prochain.

Lire aussi: Le Japon sort de la récession au troisième trimestre

Cette décision avait été largement anticipée par les investisseurs et les analystes, et par conséquent ne soutenait guère la Bourse de Tokyo, qui restait orientée à la baisse, avec un indice vedette Nikkei en retrait de 0,15% vers 5 heures (heure en Suisse).

Une aggravation de la pandémie

«L'économie japonaise a redémarré, mais son rythme de progression devrait être seulement modéré alors que la vigilance reste de mise face au nouveau coronavirus», a commenté la BoJ dans son communiqué. Après trois trimestres de contraction, l'économie japonaise a rebondi au troisième trimestre (+5,3% sur un trimestre) mais sa reprise demeure fragile.

Le pays est en effet confronté à une sérieuse nouvelle détérioration de sa situation sanitaire depuis début novembre, et enregistre actuellement des nombres record d'infections au Covid-19 (nouveau record national de 3211 infections en 24 heures), ce qui pèse sur les dépenses des ménages et les prix à la consommation.

La baisse des prix à la consommation a ainsi encore accéléré en novembre (-0,9% sur un an), selon des chiffres publiés vendredi par le gouvernement. C'est leur quatrième mois de baisse d'affilée et leur plus fort recul mensuel depuis dix ans. Le repli a encore été accentué par une comparaison défavorable sur un an, alors que la hausse de la TVA japonaise à partir d'octobre 2019 soutenait artificiellement l'inflation.

Sous pression face à l'aggravation de la situation sanitaire, le premier ministre japonais Yoshihide Suga a appelé cette semaine les habitants du pays à reconsidérer leurs projets de voyages pendant les fêtes de fin d'année, et a suspendu un programme controversé de tourisme national subventionné.

Lire également: Les nouvelles restrictions au Japon pèsent sur la Bourse de Tokyo

Ce programme baptisé «Go to Travel» a cependant encore contribué à la baisse des prix en novembre, qui ont diminué de 3,8% sur un an dans le secteur de la culture et des loisirs, après -4% en octobre. La baisse des prix est aussi imputable en partie à la faiblesse des tarifs énergétiques (-5,4% en novembre sur un an). En excluant également l'énergie, les prix à la consommation ont ainsi baissé de seulement 0,3% le mois dernier.

Sa politique de rachats d'actifs sera passée en revue

La BoJ a laissé sa politique monétaire inchangée, déjà ultra-accommodante avec un taux négatif de 0,1% sur les dépôts des banques auprès d'elle et une politique de rachats illimités d'obligations publiques japonaises pour maintenir leurs rendements à dix ans autour de 0%.

Mais face à la tendance déflationniste qui devrait durer, la BoJ a prévenu vendredi qu'elle allait passer en revue sa politique de rachats d'actifs («assouplissement quantitatif») pour les rendre «encore plus efficaces et durables». L'institution prévoit de publier ses conclusions sur cette analyse «probablement en mars» prochain, a-t-elle précisé.