La banque privée suisse Lombard Odier, dont le siège est à Genève, va payer près de 100 millions de dollars aux Etats-Unis, pour avoir aidé de riches clients américains à échapper au fisc, selon un communiqué publié jeudi.

La banque a signé un accord dans le cadre de l'accord de 2013, qui vise à mettre fin au contentieux fiscal entre les banques suisses et le fisc américain.

Lire aussi: Les banques suisses ont payé plus d’un milliard d’amende aux Etats-Unis

La banque et le ministère américain de la justice (DOJ) ont signé le 31 décembre 2015, un accord transactionnel (Non-Prosecution Agreement), qui met un terme à leur négociation.

Une somme mis de côté

Cet accord prévoit le versement d'un montant de 99,8 millions de dollars par la banque aux Etats-Unis. Cette somme, indique Lombard Odier, a été entièrement provisionnée et «n'a aucune incidence sur les ratios de fonds propres de la Banque et du Groupe qui demeurent parmi les mieux capitalisés du monde».

Lombard Odier, dont les origines remontent à plus de 200 ans, est une grande banque privée suisse, avec 209 milliards de francs suisses (192 mlds d'euros) d'actifs déposés par sa clientèle, à fin juin 2015. Le Groupe emploie environ 2.150 personnes.

Julius Baer, plus de 500 millions

Mercredi, une autre grande banque suisse, Julius Baer, également spécialisée dans la gestion de fortune, a aussi annoncé avoir conclu un accord aux Etats-Unis sur le même dossier.

Le montant de l'amende n'est pas connu, mais devrait être supérieur à 500 millions de dollars, selon les provisions mises en place par Julius Baer. Dans un premier temps, il est question de 200 millions.

Lire aussi: Julius Baer paiera 200 millions de dollars de plus au fisc américain. La bourse applaudit

Les banques suisses négocient depuis 2013 chacune séparément avec la justice américaine, pour mettre fin au conflit fiscal qui a empoisonné les relations entre Washington et Berne pendant des années. Washington a en effet accusé les banques suisses d'avoir aidé des clients américains à échapper au fisc.

Pour régulariser la situation, un programme a été mis en place en 2013, aux termes duquel chaque banque payer une amende en fonction de l'importance de l'évasion ou la fraude fiscale.