Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
/REUTERS
© KEVIN LAMARQUE

Croissance

La Banque mondiale sabre ses prévisions de croissance économique

C'est un avenir économique pessimiste que diagnostique la Banque mondiale, en raison de la chute des cours des matières premières, ainsi que des inquiétudes géopolitiques et financières

La Banque mondiale a nettement revu à la baisse, mardi, ses prévisions de croissance sur le globe sur fond d'activité «anémique» dans les pays riches et d'affaiblissement des économies émergentes.

Le produit intérieur brut (PIB) mondial ne devrait progresser cette année que de 2,4%, marquant une stagnation par rapport à 2015 et une nette dégradation par rapport à janvier quand la BM tablait encore sur 2,9% de croissance, selon ces nouvelles projections.

«L'économie mondiale est exposée à des risques majeurs», souligne la Banque mondiale dans son rapport semestriel, évoquant notamment les menaces «géopolitiques» et la volatilité financière. Pour 2017, l'institution de lutte contre la pauvreté se montre guère plus optimiste et abaisse sa prévision de 0,3 point de pourcentage, à 2,8%.

La chute des cours des matières premières ampute la croissance des pays émergents

Ce regain de pessimisme est dû en large partie à la chute des cours des matières premières (pétrole, minerais...) qui amputent les revenus de nombreux pays en développement, indique la Banque.

Lire aussi: Le pétrole asiatique plonge après l'échec de Doha

«Les marchés émergents et les pays en développement exportateurs de produits de base ont du mal à s'adapter à la faiblesse des cours du pétrole et d'autres produits essentiels», écrit l'institution. La croissance de ces pays devrait dès lors rester modeste cette année (3,5%), selon la Banque qui met par ailleurs en garde contre l'explosion des crédits au secteur privé.

Malgré un léger coup de mou, la Chine devrait continuer à croître solidement cette année (6,7%) tandis que le géant indien a, lui, le vent dans le dos (7,6%). Brésil et Russie devraient en revanche être frappés par des récessions «plus marquées» que prévu.

Lire aussi: La Chine minée par les surcapacités industrielles, danger pour l'économie mondiale

Du côté des pays riches, les Etats-Unis voient leur prévision de croissance sabrée de 0,8 point, à 1,9%, en raison de l'appréciation du dollar qui pèse sur les exportations et de la crise de l'industrie extractive, frappée de plein fouet par le pétrole bon marché. La zone euro devrait elle bénéficier d'un «élan modeste» qui maintiendra sa croissance cette année à 1,6%.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)