Union bancaire privée (UBP) a acquis Millennium Banque Privée, qui appartient au groupe portugais BCP et gérait 3,5 milliards de francs fin 2020, selon un communiqué diffusé mardi. La clientèle de Millennium est largement issue du Portugal, du Brésil et d’Afrique, des zones qu’UBP couvre déjà et compte développer à travers cette opération.

Avec cette acquisition, dont le prix n’a pas été dévoilé, UBP compte augmenter de plus de 4 milliards de francs ses avoirs sous gestion, qui atteignaient 147 milliards fin 2020. Lancée à Genève en 2003, Millennium est une filiale d’un des plus importants groupes bancaires portugais, Banco Comercial Português, 17 000 collaborateurs dont environ 10 000 sont répartis entre la Pologne, le Mozambique et l’Angola. Sonangol, la compagnie pétrolière angolaise, est d’ailleurs actionnaire à hauteur de 19% du groupe BCP, également détenu à 30% par le conglomérat chinois Fosun, en main du milliardaire Guo Guangchang, souvent décrit comme un Warren Buffet asiatique.

Hausse du bénéfice l’an dernier

En 2018, grâce à la présence de cet important actionnaire, Millennium envisageait de développer une clientèle chinoise, expliquait au Temps son directeur général José Salgado. Aujourd’hui, environ 30% de la masse sous gestion de la banque genevoise proviennent d’Angola et du Mozambique, et 60% des marchés brésilien et portugais.

Comptant 82 employés en fin d’année dernière, Millennium a vu ses avoirs reculer de 4% l’an dernier à 3,5 milliards de francs, libellés en euro pour 40% et en dollars pour 58%. L’établissement a dégagé un bénéfice net de 7,3 millions de francs, en hausse de 7% par rapport à 2019. Ce profit avait atteint 9,3 millions en 2017 et 9,5 millions en 2018.

Concernant les raisons de la vente, «la taille est devenue un facteur fondamental dans la gestion de fortune, mais une acquisition n’a pas été la piste privilégiée par le groupe BCP, qui a voulu se concentrer sur ses activités de base dans la banque de détail au Portugal, en Pologne et au Mozambique», décrit José Salgado, joint par Le Temps.

Lire aussi: 2020, très bonne année pour la gestion de fortune

Les revenus opérationnels se sont tassés de 2% l’an dernier, entre une augmentation de 3% des commissions (les clients ont été plus actifs à cause de la volatilité élevée des bourses) et une baisse de 21% des revenus d’intérêt (due au recul des taux d'interêt américains décidé pour relancer l’économie en mars 2020). Les charges ont elles aussi reculé de 2% en 2020, sous l’effet d’une baisse de la fiscalité genevoise sur les entreprises et d’une baisse des frais de voyages des employés.

Difficulté à attirer des clients

L’impossibilité de se déplacer l’an dernier a compliqué l’acquisition de clients, a reconnu José Salgado dans le dernier rapport annuel de Millennium, précisant que trouver de nouveaux clients par vidéoconférence revient à «chercher une aiguille dans une botte de foin». L’afflux net de capitaux a atteint 2,8 millions de francs l’an dernier, contre 247 millions en 2019 (-99%): «la pandémie a laminé l’un des piliers de notre stratégie, l’acquisition de clients», a résumé le directeur général. Millennium n’est présente qu’en Suisse.

UBP ayant racheté la banque et pas seulement ses clients, le nom Millennium va disparaître en Suisse. Les comptes des clients devraient être transférés en fin d’année et les équipes regroupées l’année prochaine. Aucune indication n’a été fournie concernant les conséquences sur l’emploi. Ces dernières années, UBP a réalisé plusieurs acquisitions, dont ABN Amro Suisse et les activités internationales de Lloyds et de Royal Bank of Scotland.