Quels sont les éléments déterminants lorsqu’un client attaque une banque qui lui a fait perdre des millions? Pas tant les compétences de gestion de l’établissement que les informations qu’il a communiquées à son client, montre un récent arrêt du Tribunal fédéral* (TF), dévoilé par la newsletter Gotham City.

L’affaire concerne 14,4 millions de dollars d’un client kazakh envolés lors de la chute de la livre pendant la crise financière. Aucun soupçon de malversation financière ici. Cet ancien fonctionnaire soviétique avait empoché 158 millions de livres (190 millions de francs à l’époque) en 2007, après avoir vendu ses parts dans un groupe minier d’Etat, introduit en bourse en 2005. Le client dépose ses fonds chez HSBC Private Bank, à qui il confie un mandat discrétionnaire pour une gestion conservatrice. Ce type de mandat permet à l’établissement de réaliser des opérations selon des paramètres définis au préalable, sans consulter le client. Les capitaux du client sont investis dans quatre fonds, dont un fonds de hedge funds.