Vos finances

Quelles banques courtisent le plus les frontaliers?

Le vent tourne en faveur des Suisses de l’étranger, mais les offres pour les frontaliers et les pays limitrophes sont plus avantageuses dans certaines banques que pour des contrées plus lointaines. Tour d’horizon

Les frontaliers ont des besoins particuliers, ne serait-ce qu’en raison des questions de change. Ils doivent choisir leurs partenaires financiers les plus appropriés en fonction de deux cadres juridiques différents et de deux monnaies.

En matière bancaire, le domicile du client est le facteur déterminant dans la fixation des conditions et des frais. C’est la raison pour laquelle les Suisses de l’étranger sont pénalisés. A l’évidence, ils le sont d’autant plus s’ils résident loin du pays.

L’offre bancaire pour frontaliers et Suisses de pays limitrophes est parfois plus favorable que celle réservée aux clients de contrées plus lointaines, selon un tour d’horizon.

BCGE et la solution Xpatbking

A la BCV, les frontaliers (permis G) peuvent avoir un compte bancaire, ainsi que les Suisses de l’étranger – selon le pays de domicile, des restrictions/interdictions peuvent s’appliquer. Ils ont aussi accès à une hypothèque et/ou un compte d’épargne. C’est aussi le cas à la BCGE et à la Banque Cler.

La BCGE, «ayant pour mission de contribuer au développement du canton de Genève et de sa région, se doit d’offrir des solutions bancaires en lien avec sa zone d’activité sans toutefois promouvoir une gamme de prestations spécifiques ou des actions promotionnelles auprès de cette catégorie de clientèle», indique le porte-parole.

La banque a par ailleurs développé une solution Xpatbking pour les Suisses de l’étranger. Le prêt hypothécaire y est possible pour autant que les spécificités du lieu de résidence fiscale ne l’interdisent pas et que l’examen du risque soit positif.

A lire aussi: Les conflits sur les frais bancaires ne cessent de croître

Postfinance plus restrictive

Auprès de Postfinance, les règles sont assez proches, mais il n’y est pas possible d’avoir une carte de crédit ou une hypothèque si le domicile de la personne est à l’étranger, selon le porte-parole.

Postfinance admet l’accès à un compte d’épargne, en règle générale, à condition que le domicile soit dans un pays limitrophe. Les frais du compte privé pour les services de personnes à l’étranger ont été relevés le 1er janvier. Les coûts supplémentaires sont passés de 15 à 25 francs par mois par compte et par personne auprès de Postfinance.

Des tarifs différents à la BCV ou à la BCGE

Pour un compte en banque, la BCV propose aux frontaliers un package de prestations dédié (comptes et carte en francs et compte euros). Il est facturé 10 francs par mois. Les Suisses de l’étranger peuvent, à la BCV, détenir les mêmes comptes que la clientèle domiciliée en Suisse. Une tarification de 20 francs par mois est facturée, comme pour tous les clients domiciliés à l’étranger.

A la BCGE, les résidents à l’étranger sont soumis aux frais «client domicilié hors de Suisse», soit 18 francs par trimestre. Ces derniers ne sont pas facturés aux jeunes jusqu’à 25 ans révolus, aux titulaires d’une hypothèque ou aux détenteurs d’un mandat de gestion de fortune. Les 18 francs par trimestre s’ajoutent aux frais qui sont, pour les comptes privés, de 3 francs par mois.

A lire aussi: La fintech Smex veut faciliter la vie des frontaliers

A la Banque Cler, en plus des frais «ordinaires», les clients domiciliés à l’étranger doivent s’acquitter de coûts liés à leur pays de résidence. Pour les pays frontaliers, les frais sont de 10 francs par mois. Pour les autres, 20 francs par mois. Mais les frais sont nuls si l’une des conditions suivantes est remplie: fortune en tout temps supérieure à 100 000 francs, hypothèque ou crédit de construction à la banque Cler.

Concept de pays limitrophe chez UBS

UBS sert les Suisses de l’étranger de la même façon que tous les clients établis hors du pays, car le statut bancaire est fonction de leur lieu de domicile et non de leur passeport.

En revanche, la banque offre des conditions particulières aux personnes des pays limitrophes. «Les besoins des frontaliers, notamment, sont souvent mal évalués, y compris en France. Il n’est en effet pas aisé de rester à jour sur les changements législatifs ou réglementaires, liés par exemple à la fiscalité ou aux assurances (vie ou maladie)», explique Philippe Dreyer, responsable de la clientèle transfrontalière à Genève.

La grande banque offre un paquet spécifique pour ses clients domiciliés dans un pays limitrophe, à l’image d’un retraité suisse résidant à Nice, qui reçoit chaque mois son AVS sur son compte en Suisse ou pour les frontaliers qui, par définition, travaillent et reçoivent leur salaire en Suisse, mais résident en France, indique le conseiller.

Un paquet proposé depuis 2012

L’offre pour les clients des pays limitrophes n’est pas nouvelle. Elle est proposée depuis 2012, précise la grande banque. Ce paquet de services comprend un compte bancaire en franc suisse et un autre en euro, un compte d’épargne, une carte de crédit et une carte de débit et les opérations de paiement SEPA (dans l’UE), sans frais, ainsi que la possibilité d’avoir une hypothèque sur un immeuble en Suisse. Ce paquet est gratuit la première année et coûte 10 francs par mois par la suite.

Philippe Dreyer insiste également sur les conditions de change offertes aux clients des pays limitrophes, qu’il juge compétitives avec les bureaux de change. La grande banque permet les retraits en euro sans agio au bancomat, c’est-à-dire sans prime supplémentaire, indique le conseiller d’UBS.

Pour les Suisses de l’étranger des autres pays, un supplément de 30 francs par mois est appliqué, sauf si le client dispose de 50 000 francs qu’il investit dans un mandat de gestion, s’il a une hypothèque ou si sa fortune s’élève à 250 000 francs ou plus.

Concernant Crédit Suisse

Credit Suisse ne fait pas de distinction entre les Suisses de l’étranger et les frontaliers. Une commission offshore de 40 francs par mois est facturée aux clients. Il est à noter que l’ouverture d’une relation n’est pas possible pour tous les pays de domicile.

La grande banque propose ses services en conformité avec les prescriptions légales et réglementaires nationales en vigueur ainsi que sur la base de décisions commerciales propres à l’entreprise.

Pour les clients existants de nationalité suisse, qui disposent d’une relation bancaire à leur nom, qui résident déjà à l’étranger ou souhaitent transférer leur domicile à l’étranger, il est généralement possible de disposer d’au moins une offre de base dans la plupart des pays, ajoute-t-elle.

Publicité