Falcon Bank, d’abord. La banque zurichoise comparaissait l’automne dernier devant le Tribunal pénal fédéral, accusée, comme son ancien patron, de blanchiment aggravé. Alors que le second a été acquitté, l’établissement a été jugé coupable. Des mécanismes de contrôle considérés comme insuffisants l’ont conduit à être condamné à une amende de 3,5 millions de francs et une créance compensatoire de 7 millions.