L’une des plus grandes affaires de fraude dans le commerce de matières premières continue à inquiéter les banques suisses. Au premier semestre 2020, GP Global, un important négociant de pétrole basé aux Emirats arabes unis, s’est retrouvé au bord du gouffre, suite à des malversations officiellement attribuées à des employés indélicats. Le groupe a lancé en juillet dernier une restructuration de sa dette, estimée à 1,2 milliard de dollars, dont plusieurs centaines de millions dus à des banques suisses. Le processus a tourné à la foire d’empoigne autour de la filiale singapourienne ces derniers mois, jusqu’à ce qu’un moratoire obtenu début mars ramène un peu de calme. Enjeux pour les banques suisses concernées: récupérer une partie des 273 millions de dollars que la société leur doit encore. Soit pas loin d’une centaine de millions chacune pour Credit Suisse et UBS, autour de 35 millions pour la BCV et plus de 5 millions pour la BCGE, selon un document obtenu par Le Temps.