Un salarié de la banque Credit Suisse a été arrêté aux Etats-Unis dans le cadre d’une affaire de fraude fiscale qui n’a pas encore été publiquement révélée. Cette information a été reprise lundi par le Financial Times et le New York Times suite à un article de l’hebdomadaire SonntagsZeitung.

Selon le New York Times, C.B. a été arrêté il y a environ deux semaines à son entrée aux Etats-Unis et aurait été transféré à Fort Lauderdale, près de Miami, où il a été inculpé de fraude fiscale et pour «conspiration». Il pourrait être «un parmi plusieurs individus qui devraient être poursuivis cette semaine», a indiqué le FT, citant des sources proches du dossier.

C.B., citoyen grec établi en Suisse, dirige la division spécialisée sur la clientèle de la côte ouest des Etats-Unis pour Credit Suisse. Il avait rejoint Credit Suisse Private Advisors en février 2009 et avait auparavant travaillé 15 ans pour UBS. «On ne sait pas si C.B.coopère avec les autorités, ce qui pourrait accentuer la pression sur la banque», note le New York Time.

«Il est prévu que l’accusation reproche» à ce banquier «son rôle de conseiller à de riches clients sur la côte Ouest des Etats-Unis eux-mêmes accusés d’avoir omis de payer des dizaines de millions de dollars d’impôts», poursuit le FT.

UBS a eu sa réputation ternie par une affaire de conseil en fraude fiscale qui s’est soldée par deux accords passés avec l’Etat fédéral américain en 2009, prévoyant de livrer les noms de 4450 clients américains auxquels il avait offert de cacher des fonds au fisc. La banque a dû également s’acquitter d’une somme de 780 millions de dollars, comprenant une amende avec des intérêts et un redressement fiscal.

Cette affaire avait poussé la justice américaine à scruter l’ensemble des activités des banques suisses auprès de riches clients aux Etats-Unis.