Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Brigitte Luginbühl: «Certaines sociétés travaillent encore sur Excel, c’est incroyable.»
© Nicolas Duc pour Le Temps ©

Crypto-Suisses (2/4)

La banquière qui veut faire entrer l’immobilier dans l’ère crypto

Brigitte Luginbühl a cofondé Crypto Real Estate, une société qui veut émettre une cryptomonnaie pour investir dans l’immobilier suisse. Elle attend le feu vert de la Finma pour lancer son ICO d’ici à la fin de l’année

Ils veulent rendre la Suisse cryptocompatible… En faire une cryptovalley, une cryptonation… Quatre portraits à lire dans «Le Temps» du 30 juillet au 3 août.

Episode précédent: Antoine Verdon, un ambassadeur de la blockchain

Elle prend des notes et dessine des graphiques au crayon sur une présentation qu’elle promet de nous laisser à la fin de l’entretien. Car quand on parle de cryptomonnaie ou de blockchain, on est jamais trop prudent avec son interlocuteur et son niveau de connaissances. D’autant plus lorsqu’on est, comme Brigitte Luginbühl, en train de lancer un projet qui devrait permettre à tout le monde ou presque d’investir dans l’immobilier. Son idée: allier la stabilité du marché de la pierre aux promesses des nouvelles technologies.

Pour la trentenaire zurichoise, l’immobilier est une évidence depuis longtemps, celle de la blockchain arrive plus tard. A son entrée à l’Université de Zurich, elle hésite. Entre l’économie et la finance ou l’architecture, les deux choix pouvant la mener à la pierre. Peut-être un peu poussée par ses parents, elle prend finalement la direction d’un bachelor en économie, puis d’un MBA et dès ses diplômes en main, elle poursuit chez Credit Suisse dans la division du financement de l’immobilier.

Déclic en Iran

Elle y officie trois ans, puis passe quelques mois chez Sal. Oppenheim, avant d’intégrer JLL, une entreprise américaine spécialisée dans le conseil en immobilier d’entreprise, à Londres quelques mois, puis à Zurich. Elle y reste sept ans, mais cela aurait pu continuer. Sauf qu’entre-temps les cryptomonnaies ont fait irruption.

Lire aussi: La Suisse au cœur de la cryptorévolution

En voyant des amis investir dans le bitcoin ou d’autres de ces nouvelles devises, elle se laisse tenter et avoue en riant: «Je n’ai pas été très talentueuse au début.» Surtout, elle vit moyennement bien les immenses fluctuations de ces monnaies. Finalement, c’est en Iran, l’été dernier, que le déclic se produit. «Nous faisions un voyage en voiture avec mon compagnon, de la Suisse jusqu’au Kirghizistan, et je ne pouvais pas lâcher des yeux mon portefeuille électronique pour voir où en étaient mes placements dans les cryptomonnaies.» Et ils ne se portaient pas bien. Or, pendant dix jours, le couple se retrouve dans un cyber no man’s land: pas de connexion possible, pas de moyen de savoir s’il ne reste plus que des miettes de ses investissements ou si, au contraire, les cryptomonnaies ont rebondi. «J’ai compris qu’il me fallait un marché plus stable dans lequel investir.»

Contretemps

Retour du virtuel à la pierre. Mais sans quitter totalement le terrain des cryptomonnaies. «J’ai aussi eu le temps pendant ce voyage de penser à comment l’investissement dans le marché immobilier pourrait fonctionner de façon plus simple, plus transparente, plus efficace.» Après avoir laissé la voiture à Bichkek, pour reprendre le voyage cet été direction la Chine et le Tibet, elle rentre avec son projet, qui sera affiné dans les mois qui suivent: celui de lancer une ICO, cette méthode de levée de fonds en cryptomonnaies qui se multiplie depuis l’an dernier, à mi-chemin entre le crowdfunding et l’entrée en bourse, pour investir dans l’immobilier et ainsi offrir un placement moins volatil puisqu’on connaît l’actif qui se trouve derrière.

La levée de fonds aurait déjà dû démarrer ce printemps. Mais l’équipe – ils sont sept au total – a décidé de temporiser quelques jours avant la date prévue de lancement. «Nous voulions être absolument sûrs d’être conformes à la réglementation. Devions-nous déposer une demande de licence pour un placement collectif en capital? Ce n’était pas clair, mais cela pouvait être le cas. Dans le doute, nous avons préféré faire la demande à la Finma, l’autorité suisse des marchés financiers, même si cela représentait davantage de travail et d’attente», explique Brigitte Luginbühl. Elle espère obtenir cette année encore le feu vert, qui devrait permettre au projet d’être reconnu comme placement collectif de capitaux, puis lancer l’ICO avant la fin de l’année. Entre-temps, il faut prendre son mal en patience.

La Suisse, puis l’Allemagne

Car la start-up a de l’ambition: elle espère récolter entre 80 et 100 millions de francs avec la cryptomonnaie qu’elle veut créer pour ce projet, le Swiss Real Coin. Les fonds doivent servir à investir dans l’immobilier suisse en échange de tokens (ou jetons) distribués aux investisseurs. Dans un deuxième temps, elle estime que le même projet pourrait se faire en Allemagne avec German Real Coin et dans une quantité d’autres pays au cours des prochaines années.

En parallèle, l’équipe pense pouvoir vendre le logiciel qu’elle a créé, basé sur les nouvelles technologies, pour aider les gestionnaires et les investisseurs dans l’immobilier. «J’ai travaillé des années dans ce domaine et je ne suis peut-être pas la meilleure investisseuse, mais je sais ce dont les sociétés immobilières ont besoin. Certaines travaillent encore sur Excel, c’est incroyable», poursuit-elle.

Démocratisation du savoir

Dans le milieu, le projet a suscité l’approbation de plusieurs figures de la fintech suisse, comme Marc Bernegger. Ce serial investisseur et ami de longue date de Brigitte Luginbühl y croit et figure parmi les conseillers de l’entreprise. Tout comme le renommé professeur de finance de l’Université de Zurich Thorsten Hens (photo).

Sollicité par Le Temps, il explique qu’il en va in fine de la démocratisation du savoir. «Les cryptomonnaies n’ont pas besoin de banques centrales, mais elles ont un désavantage, il est difficile de calculer leur valeur et elles sont ainsi trop volatiles. Le Swiss Real Coin résout ce problème en étant lié au marché immobilier», explique-t-il. Brigitte Luginbühl a suivi ses cours avant de faire ses armes dans la finance: «Elle a été une étudiante appliquée et consciencieuse, qui a toujours excellé dans les solutions innovantes. Je suis sûr qu’elle va conduire cette entreprise au succès, malgré quelques obstacles réglementaires.»

Le premier devrait être levé – ou non – par la Finma d’ici à quelques mois.


Profil

1986 Naissance à Zurich.

2004-2010 Bachelor, puis master en business administration à l’Université de Zurich.

2007 Entrée chez Credit Suisse.

2010 Rejoint JLL à Zurich (ex. Sal Oppenheim Corporate Finance SA), puis Londres et retour à Zurich.

2018 Lancement de Crypto Real Estate.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)