Tourisme

A Barcelone, «la lutte contre la monoculture ne fait que commencer»

A son arrivée à la mairie, Ada Colau avait lancé un innovant programme de décroissance touristique dans les zones les plus denses d’une ville qui accueille onze visiteurs par habitant. Son responsable, Agusti Colom, défend son bilan à six mois de la campagne municipale, qui l’opposera notamment à Manuel Valls

C’était il y a trois ans et demi. Après l’arrivée à la mairie de Barcelone d’Ada Colau, sous la bannière locale du parti Podemos, la cité olympique se dotait d’un ambitieux plan de décroissance touristique. Parmi les mesures phares de cette ancienne activiste du droit au logement: un moratoire sur la construction de nouveaux hôtels dans les zones où les lits en location dépassent le nombre de résidents. Or, portés par le dynamisme des compagnies low cost et des plateformes d’hébergement, les flux de touristes continuent inexorablement de croître. En 2017, Barcelone a accueilli près de 19 millions, en hausse de 6,5% par rapport à 2015. C’est plus de 11 fois les habitants de son centre-ville. Bilan avec Agusti Colom, responsable du Tourisme pour la mairie de Barcelone.

Le Temps: Vous défendez le bilan de la mairie dans la campagne pour les municipales du 26 mai, qui vous oppose notamment au candidat Manuel Valls. Le tourisme préoccupe-t-il davantage les Barcelonais que le processus indépendantiste?

Agusti Colom: Dans la liste des préoccupations des Barcelonais, le tourisme oscille entre la 2e et la 4e place, en fonction de la conjoncture politique et économique. Il représente 12 à 13% des revenus de la ville, un quart si l’on comptabilise le commerce. Mais cela suppose aussi une pression sur les infrastructures de la ville avec ces millions de visiteurs. Nous sommes la première mairie à avoir créé une équipe dédiée à la «gestion» du succès du tourisme. C’est un argument de campagne important.

Quel bilan tirez-vous de ces trois ans et demi de politique de décroissance touristique?

Le message était que nous voulions passer de la promotion du tourisme à sa gestion. Mais on ne change pas comme ça ce qui a été fait pendant vingt-cinq ans. Barcelone conserve une très haute capacité d’attraction notamment pour le tourisme d’affaires, ce qui a contribué à augmenter les flux touristiques. Cela étant dit, nous avons inventé des outils pour identifier les zones congestionnées [le plan urbain Peuat], comme le quartier gothique, et y diminuer la pression.

Le moratoire sur les licences hôtelières n’a-t-il pas renforcé la position des établissements déjà installés?

Toutes les mesures ont des contrecoups, mais le prix des hôtels reste très volatil et dépendant des fluctuations de la demande. L’essentiel est, pour nous, de mieux connecter l’activité touristique avec son environnement. C’est ce que nous faisons en évitant que tous les immeubles ne se transforment en hôtels et en limitant le développement de magasins de souvenirs pour préserver le commerce de proximité. La lutte contre la monoculture touristique ne fait que commencer.

L’influente association de quartiers ABTS est très critique envers votre bilan. Elle vous reproche de n’avoir pas «renversé le modèle touristique» mais d’avoir simplement choisi de reporter le problème sur d’autres pans de la ville…

Il est très complexe de parler de «décroissance» dans une ville aussi ouverte et internationale que Barcelone. Nous sommes cependant les premiers à avoir tenu tête aux hôteliers et aux investisseurs immobiliers. Nous avons passé des accords avec toutes les plateformes numériques de location, qui paient désormais leurs taxes de séjour, et avons traqué les 6000 à 7000 appartements illégaux. Cette politique a été saluée par d’autres villes européennes qui affrontent les mêmes enjeux que Barcelone.

Globalement, 2,4 milliards de visiteurs sont attendus dans le monde d’ici à 2030, selon le cabinet Euromonitor. Existe-t-il une limite physique au nombre de visiteurs qu’une ville peut accueillir?

Tous les espaces géographiques ont des limites et aucune activité économique ne peut croître de manière indéfinie. Je suis bien incapable de calculer la capacité maximale pour l’ensemble de la ville, mais nous l’avons fait pour des quartiers qui sont effectivement arrivés à leurs limites. Cela étant dit, ce sont les pays émergents qui sont désormais concernés par ce boom du tourisme. Ici, il faudra s’assurer que la croissance se poursuit à un rythme assimilable.

Publicité