La banque britannique Barclays vend ses activités offshore de trust. Inclus dans l’opération, son département genevois passe aux mains d’un groupe d’investisseurs indépendants déjà actifs dans des «juridictions clefs» telles que Jersey, Guernesey, l’Île de Man, les Îles Caïman, Singapour, le Royaume-Uni et la Suisse, selon son communiqué.

Le groupe – spécialisé dans les services fiduciaires, les services aux entreprises et les placements – gère 5000 structures de trust. Il intégrera l’ancienne division de Barclays en son sein et installera à Genève ses départements juridiques et compliance ainsi que marketing. Les 25 postes genevois sont maintenus. Globalement, le groupe d’investisseurs a acquis quelque 275 employés de Barclays.

Expansion prévue

Zedra a pour ambition de doubler son chiffre d’affaires sur les cinq années à venir. «On parle beaucoup de Singapour ces temps mais la Suisse reste la principale place pour la gestion d’actifs, rassure Bart Deconinck, son vice-président flamand, établi en Suisse depuis 12 ans. Le pays à une réputation et une stabilité qui fait que c’est ici que se rendent les clients.»

Robert Darlington, qui prendra la tête du bureau genevois, complète: «Zedra a acquis une structure forte de 30 ans d’expérience et un personnel qualifié. Nous pourrons nous lancer sur des marchés auxquels avait renoncé Barclays comme par exemple l’Amérique latine.» Le groupe entend poursuivre son extension en diversifiant ses services et en attirant de nouveaux clients. Deux bureaux à Hongkong et au Luxembourg devraient prochainement ouvrir leurs portes.

Réorientation stratégique

Pour Barclays, la transaction s’inscrit dans une réorientation stratégique, annoncée l’année dernière, sur ses activités principales et plus performantes. Selon Bloomberg, Barclays pourrait encore couper un cinquième de ses investissements en personnel, principalement en Asie.

La banque britannique – qui conservera 19,9% des parts de son ancienne division trust pour une durée d’au moins trois ans – nie vouloir quitter Genève: «Nous avons y une plateforme très attrayante où nous pouvons tirer profit de nos activités de banque privée gestion de fortune et investissement. Notre stratégie est d’étendre nos activités en Suisse», résume son service de presse.

La vente des opérations de trust de Barclays suit pourtant une série de désinvestissements d’établissements britanniques comme HSBC, Coutts, Lloyds Private Banking ou Standard Chartered. Entre 2000 et 2014, 36 banques étrangères ont quitté la Suisse, selon une étude de l’Association suisse des banquiers.