Le chocolatier industriel, le numéro un mondial du cacao, a publié jeudi un bénéfice en hausse et meilleur qu'attendu pour le premier semestre sur fond d'accélération de sa croissance au deuxième trimestre, notamment en Europe.

Sur les six premiers mois de l'exercice 2018/2019 (clôs au 28 février), son bénéfice net s'est accru de 15,1% sur un an, à 199,1 millions de francs suisses (176,1 millions d'euros) tandis que son chiffre d'affaires a augmenté de 3,5% à 3,6 milliards de francs suisses.

Lire aussi: Comment Barry Callebaut soigne son image

Les volumes de ventes se sont, eux, étoffés de 2,4% à 1 million de tonnes, a indiqué dans un communiqué le groupe qui fournit du cacao et des préparations chocolatées aux grands groupes alimentaires tels que Nestlé, Unilever ou Mondelez.

Les analystes interrogés par l'agence suisse AWP tablaient en moyenne sur un bénéfice de 194,9 francs suisses pour 3,6 milliards de chiffres d'affaires et une croissance des volumes de 2,4%.

Rachats d'actifs

Après un début d'exercice timide dans la zone Europe Moyen Orient et Afrique, ses ventes ont rebondi, notamment grâce au rachat d'actifs du fabricant de biscuits britannique Burton's Biscuit Company, avec lequel il a signé un contrat à long terme pour lui fournir du chocolat et de la pâte à glacer.

Avec cette transaction, le groupe estime être en mesure de satisfaire la demande croissante de ses clients au Royaume Uni, «quel que soit le scénario envisagé pour le Brexit», a-t-il souligné.

Dans la zone Amériques, le volume des ventes s'est accru de 5,8% et a également rebondi au deuxième trimestre dans la zone Asie-Pacifique, enregistrant une progression de même ampleur. Le chocolatier suisse s'est dit sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs à moyen terme. Il vise notamment une croissance des volumes de l'ordre de 4 à 6%.