Les bas revenus sont moins imposés à Genève et sur Vaud

Fiscalité Les deux cantons sont les plus attrayants du pays pour les célibataires gagnant 30 000 francs par an

La concurrence fiscale entre les cantons s’est fortement assagie, indique BAK Basel dans son «Moniteur fiscal 2014», publié jeudi. Les variations d’une année à l’autre sont relativement modestes. Le «Moniteur fiscal 2014» prend en compte toute l’échelle des revenus et les différentes situations familiales, à l’inverse d’autres indices de BAK qui apprécient l’attractivité auprès des personnes hautement qualifiées et des entreprises.

Genève occupe le troisième rang du classement des impositions les plus attrayantes pour les personnes physiques derrière Zoug, premier, et Schwyz, deuxième. «Il le doit aux franchises élevées pour les bas et moyens revenus», déclare au Temps Beat Stamm, chef de projet auprès de BAK Basel.

Le «moniteur fiscal» se fonde sur les données de 2013. Mais de l’avis de l’auteur du projet, les modifications devraient être limitées dans le prochain classement annuel.

Vaud est le 12e canton le plus attrayant. Il gagne un rang par rapport à l’année précédente et profite, comme Genève, de la faible imposition des bas revenus, selon Beat Stamm.

Vaud est même le plus attrayant du pays, devant Genève, pour les célibataires gagnant 30 000 francs de revenu brut. Dans cette catégorie, Neuchâtel et Fribourg appartiennent aux plus fortement imposés.

Dès que les revenus des célibataires augmentent, les deux cantons lémaniques s’éloignent du podium. Si le revenu atteint 60 000 francs, Genève est relégué à la 11e place et Vaud à la 23e.

Au plus haut de l’échelle, lorsque le revenu atteint 400 000 francs, les Romands sont très peu compétitifs puisque Genève est 22e, Neuchâtel 24e, Vaud 25e et le Jura dernier.

Comme d’habitude, Zoug reste leader suisse pour presque toutes les catégories. Il l’est pour les revenus de 60 000 francs et pour ceux d’un million de francs.

Vaud au dernier rang pour les millionnaires

Plusieurs cantons ont accru leurs déductions pour enfants, à l’image de Zurich, si bien que les classements sont différents pour les familles avec deux enfants. Dans ce cas, avec un revenu de 60 000 francs, Genève et Vaud ­appartiennent de nouveau aux cantons les plus intéressants. Toujours avec deux enfants, mais à 200 000 francs de revenu, Genève n’est plus que 13e, Vaud 18e, tandis que le Jura et Neuchâtel ferment la marche. Et à 1 million de francs de revenu, Genève tombe au 21e rang et Vaud au dernier.

Dans l’ensemble du pays toutefois, la charge fiscale s’est légèrement accrue dans les cantons suisses, observe l’auteur de l’étude.

Imposition de la fortune: le Valais est dernier

Les changements d’une année à l’autre sont donc relativement modestes. L’économiste souligne toutefois le gain d’un rang du Valais, grâce à des déductions supérieures qui lui permettent de dépasser Lucerne. A l’inverse, Saint-Gall recule, à la suite d’une hausse du coefficient d’impôt.

Enfin, l’imposition de la fortune confirme l’attrait de Schwyz et de Zoug, alors que le Valais ferme la marche. Genève est 19e et Vaud 23e.