Ces suppressions d’emplois sont prévues en grande partie d’ici fin 2010, et au plus tard 2013, précise BASF dans un communiqué. Le groupe allemand va par ailleurs examiner sous l’angle stratégique 23 des 55 sites de Ciba dans le monde, avec comme options une restructuration, une vente ou la fermeture.

BASF va également intégrer à ses propres divisions 36 des 70 bureaux administratifs ou commerciaux et centres de recherche de la société bâloise d’ici fin 2010. «Comme déjà annoncé, la forte présence (de Ciba) à Bâle sera maintenue», précise toutefois le groupe allemand.

Avec ce redimensionnement, BASF table sur des synergies d’au moins 400 millions d’euros (plus de 600 millions de francs) par année dès 2012. Jusqu’à la fin 2010, quelque 300 millions d’euros d’économies sont déjà prévus. Les coûts d’intégration de Ciba ont été évalués à 550 millions d’euros, dont 150 millions portés aux comptes de l’exercice en cours déjà.

Basé à Ludwigshafen (D), le groupe BASF emploie quelque 97 000 personnes dans le monde. Fin 2008, Ciba employait pour sa part 12 500 personnes dans 120 pays. La société de longue tradition bâloise avait été rachetée au printemps par BASF pour 6,1 milliards de francs.