Une bataille de chiffres: c’est la tournure que prend la campagne entre partisans et opposants à la nouvelle initiative de l’UDC sur l’immigration. Baptisée «Pour une immigration modérée» et soumise au vote du peuple le 27 septembre, elle vise à résilier l’Accord de libre circulation des personnes (ALCP).

Selon le parti, l’immigration a conduit à une baisse du produit intérieur brut (PIB) par habitant de 4,4% depuis l’entrée en vigueur de l’ALCP en juin 2002 et 2017. Un chiffre tiré d’une étude réalisée pour son compte par l’institut britannique Europe Economics et publiée fin août. Sans cet accord, les salaires seraient en outre de 3,5 à 3,7% plus élevés, note l’étude.